NOUVELLES

L'Iran aurait mené des frappes aériennes contre l'État islamique en Irak

03/12/2014 06:14 EST | Actualisé 02/02/2015 05:12 EST

WASHINGTON - Des avions à réaction iraniens ont mené des frappes aériennes contre des combattants du groupe État islamique en Irak ces derniers jours, ont affirmé des analystes indépendants et des responsables au Pentagone. Ces frappes illustrent les alliances étranges générées par la guerre contre le groupe extrémiste ayant décapité des Américains et tué et terrorisé des civils irakiens.

Washington et Téhéran sont empêtrés dans des négociations tendues sur le programme nucléaire iranien. Mais les deux rivaux mènent des campagnes parallèles sur le même front en Irak pour défendre le gouvernement à majorité chiite — et les Kurdes dans le nord — contre les activistes de l'ÉI s'étant emparés d'une large portion du pays.

Le fait que des soldats iraniens et des conseillers combattent aux côtés des forces irakiennes est connu depuis longtemps, mais il n'y avait pas eu de confirmation d'activité aérienne iranienne avant cette semaine. Le moment et la nature de ces frappes restaient incertains, mais un haut responsable américain a affirmé qu'elles étaient survenues dans la province de Diyala, qui s'étend du nord-est de Bagdad jusqu'à la frontière iranienne. Ce responsable a parlé sous le couvert de l'anonymat, n'étant pas autorisé à divulguer cette information.

Le diffuseur établi au Qatar Al-Jazira a pris des images d'un avion à réaction survolant l'Irak le 30 novembre, ayant été identifié par le Jane's Defence Weekly comme un F-4 Phantom de conception américaine. Le Phantom, un avion bimoteur de combat vendu au régime du shah soutenu par les États-Unis en Iran dans les années 1970, a été fabriqué pour la dernière fois par McDonnell Aircraft en 1981.

L'Iran dans les années 1980 a mené une guerre brutale contre l'Irak lorsque le pays était dirigé par Saddam Hussein et son Parti baas à majorité sunnite. Mais l'invasion menée par les États-Unis et qui a chassé Saddam Hussein a laissé place à un gouvernement irakien étroitement lié à l'Iran.

PLUS:pc