NOUVELLES

Le décès de Jean Béliveau, à 83 ans, transcende l'univers de la LNH

03/12/2014 09:31 EST | Actualisé 03/12/2014 09:36 EST
CP

L'annonce du décès de Jean Béliveau, survenu à l'âge de 83 ans mardi soir, a secoué le monde du hockey au-delà des frontières du Québec.

Des quatre coins de l'Amérique du Nord, des personnalités qui ont gravité dans l'univers du hockey à un moment ou à un autre depuis le milieu du siècle dernier, ont côtoyé M. Béliveau. Tous s'entendent pour dire qu'il a marqué ce sport, et que son décès laissera un grand vide.

"J'ai eu l'occasion, avec Réjean Houle, d'aller le visiter au mois de septembre à sa résidence de Longueuil. Ce n'était pas seulement un ambassadeur au Québec, mais également au Canada et dans le monde entier. C'est une journée de tristesse pour l'organisation aujourd'hui", a commenté le directeur général du CH Marc Bergevin en point de presse au Minnesota.

Le Canadien a indiqué que tous les joueurs porteront un autocollant du no 4 - celui de M. Béliveau - sur leur casque protecteur pour le match de mercredi soir contre le Wild au Minnesota. C'est d'ailleurs contre les North Stars du Minnesota, le 11 février 1971, que M. Béliveau avait inscrit son 500e but en carrière dans la LNH. Son ex-compagnon de trio, Frank Mahovlich, avait obtenu une mention d'aide sur ce but marquant de la carrière de M. Béliveau.

Mahovlich, qui s'est joint au Canadien en 1970-71 après des séjours avec les Maple Leafs de Toronto et les Red Wings de Detroit, s'est souvenu d'avoir découvert un capitaine hors du commun en arrivant à Montréal.

"Quand j'ai été échangé au Canadien, je me demandais comment (cette équipe) avait pu obtenir tant de succès et j'ai découvert qu'elle n'avait pas les mêmes problèmes que les autres clubs, a dit Mahovlich. S'il y avait un problème, le joueur allait voir Béliveau et Béliveau s'occupait de le régler. En conséquence, nous étions prêts à jouer au hockey à chaque soir. Nous n'avions pas les mêmes problèmes que les autres équipes. C'était très important."

"Une légende vient de s'éteindre"

Le sénateur Jacques Demers, qui était derrière le banc du Canadien lors de la dernière conquête de la Coupe Stanley en 1993, s'est souvenu d'un homme toujours disponible, qui était toujours là, derrière le banc de l'équipe.

"À l'époque, on savait qu'il était là, tout comme M. Molson, s'est rappelé M. Demers. L'image du Canadien, pour moi, c'est Jean Béliveau. Alors il était là, il nous appuyait, et il était encore plus là lorsqu'on a gagné la coupe Stanley en 1993. On avait reçu ses félicitations, et personnellement, à titre d'entraîneur, c'était inoubliable."

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, qui remet annuellement le trophée Jean-Béliveau au champion compteur du circuit depuis 1969-70, s'est également souvenu d'un homme de grande classe, très respectueux, qui avait beaucoup d'étoffe. Il a rappelé sa grande disponibilité également, puisque le célèbre no 4 du Tricolore a remis pendant de nombreuses années le trophée en mains propres au lauréat.

"Une grande légende du hockey vient de s'éteindre, a-t-il dit. (...) Personnellement, j'ai déjà rencontré M. Béliveau, et c'était quelqu'un d'une grande classe. Il était extrêmement respectueux, extrêmement généreux et il a fait beaucoup pour le hockey. Il a aussi été un modèle pour nous au niveau de la LHJMQ, parce qu'il est venu lui-même présenter son trophée _ à l'époque c'était au gala des méritas. Donc il ajoutait beaucoup de décorum, beaucoup de crédibilité et c'était un honneur pour le jeune de recevoir le trophée de ses mains."

Il a également souligné l'héritage de M. Béliveau dans la ville de Québec, d'abord avec les Citadelles, puis avec les As, au tournant des années 1950. Selon M. Courteau, le "Gros Bill" a laissé sa marque notamment dans le Colisée.

"Ç'a été un gros actif à Québec, à l'époque des As, et je pense qu'il est

à l'origine de l'évolution du Colisée de Québec comme on le connaît aujourd'hui. Il y a beaucoup de Jean Béliveau à l'intérieur de ce colisée-là."

M. Courteau a souligné qu'une cérémonie sera organisée à la mémoire de Béliveau lors du gala de la LHJMQ, qui sera tenu le 8 avril prochain. Entre-temps, une minute de silence sera respectée dans chacun des amphithéâtres du circuit, a-t-il indiqué.

Le petit garçon qui rêvait de jouer pour le Canadien

D'autre part, le commissaire de la LNH Gary Bettman a émis un communiqué dans lequel il a dit qu'aucun livre, aucune photo, aucune statue ne rend suffisamment hommage à la grandeur du remarquable Jean Béliveau.

"M. Béliveau avait une présence formidable et son départ laissera un vide immense, a dit Bettman. (...) Pour tous les exploits qu'il a accomplis et toutes les accolades qu'il a reçues, Jean Béliveau a toujours symbolisé le petit garçon dont le seul rêve consistait à jouer pour le Canadien de Montréal. Le hockey est meilleur à cause de la réalisation de ce rêve."

Des ex-joueurs, tels que Brett Hull et Mario Lemieux, ont également tenu à saluer la mémoire de M. Béliveau. Le propriétaire des Penguins de Pittsburgh fait d'ailleurs partie, selon de nombreux observateurs, des plus grands joueurs de centre de l'histoire de la LNH en compagnie de M. Béliveau et Wayne Gretzky.

"Plus qu'un des meilleurs joueurs de l'histoire de la LNH, Jean Béliveau était la classe incarnée, a confié Lemieux. Il fut un héros pour des générations de jeunes Canadiens français et amateurs de hockey partout à travers le monde. Notre sport vient de perdre un grand ambassadeur. Il nous manquera."

Patrick Roy, le célèbre no 33 du Tricolore, a indiqué dans un communiqué de l'Avalanche du Colorado qu'il conservait des "souvenirs incroyables de ses rencontres avec lui". Selon lui, "Jean Béliveau est non seulement un joueur de hockey légendaire, mais aussi un modèle qui restera toujours associé au Québec et à l'histoire du Canadien".

Dans un communiqué émis pour donner une mise à jour sur l'état de santé de Gordie Howe, la famille Howe a tenu à offrir ses condoléances.

"Le monde du hockey a perdu un homme qui incarnait le professionnalisme, la dignité et la classe", a-t-elle indiqué.

Parmi les joueurs actuels, P.K.Subban, Carey Price, Brendan Prust, Daniel Brière ainsi que Zachary Fucale ont notamment salué la mémoire de l'imposant joueur du Tricolore sur Twitter.

Hockey Canada a également indiqué avoir appris, avec "une profonde tristesse", le décès de M. Béliveau. Il a été l'un des cinq premiers récipiendaires de l'Ordre du hockey au Canada en 2012 et capitaine honoraire de l'équipe olympique masculine du Canada médaillée d'or aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver en Colombie-Britannique.

D'autre part, le propriétaire, président et chef de la direction du Canadien Geoff Molson, a rencontré les médias mercredi après-midi au Centre Bell.

M. Béliveau a conclu sa carrière de hockeyeur avec une éloquente fiche de 507 buts et 712 passes pour un total de 1219 points en 1125 matchs en saison régulière. Il a aussi ajouté 79 buts et 97 aides pour 176 points en 162 rencontres des séries éliminatoires pour remporter la coupe Stanley à 10 reprises. Il fut aussi l'un des trois marqueurs de 500 buts ou plus de l'histoire du club, en compagnie de Maurice Richard et de Guy Lafleur.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Jean Béliveau en images