POLITIQUE

Double rôle de PKP: le gouvernement s'en remet à l'Université Laval (VIDÉO)

03/12/2014 11:52 EST | Actualisé 03/12/2014 12:03 EST

QUÉBEC - Le cas de Pierre Karl Péladeau est devenu une patate chaude et les parlementaires ont finalement choisi de refiler le dossier à des experts indépendants. Ceux-ci devront trancher sur son double rôle de député et d'actionnaire de contrôle de Québecor.

Après avoir jonglé avec l'idée d'une commission parlementaire, les partis représentés à l'Assemblée nationale ont finalement convenu de confier le dossier au Centre d'études sur les médias de l'Université Laval. Le demande doit être soumise cette semaine au conseil d'administration de l'organisme.

«Il est trop tôt pour se prononcer», explique le secrétaire général du Centre d'études des médias, Daniel Giroux. Son organisme a été approché mercredi par le gouvernement, juste avant le dépôt en chambre d'une motion à ce sujet.

S'il accepte, le centre d'études devra produire un document d'analyse sur la séparation des pouvoirs entre le politique et les médias.

Une commission parlementaire et un projet de loi suivront le dépôt du rapport.

Le document du Centre d'études sur les médias serait déposé à la fin du mois de mai, soit après l'élection du prochain chef du Parti québécois.

Certains voient dans ce calendrier une «épée de Damoclèse» au-dessus de la candidature de Pierre Karl Péladeau à la chefferie de son parti. Une loi pourrait l'obliger à choisir entre ses actions de contrôle de Québecor et son rôle d'élu parlementaire.

Jean-Marc Fournier affirme que la démarche ne vise pas à expulser le député de Saint-Jérôme. «Il est possible que monsieur Péladeau ait à faire des choix, dit-il. Il pourra rester en politique, il faut juste répondre à certaines conditions, quand on fait de la politique.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Lancement de campagne de PKP à St-Jérôme