NOUVELLES

Une résolution de l'ONU demande à Israël de se départir de ses armes nucléaires

02/12/2014 04:35 EST | Actualisé 01/02/2015 05:12 EST

ORGANISATION DES NATIONS UNIES, États-Unis - Une majorité écrasante de pays ont adopté une résolution à l'Assemblée générale de l'ONU pour demander à Israël de se départir de ses armes nucléaires, qui seraient désormais surveillées par un organisme international.

Selon le document, appuyé par 161 pays contre cinq, Israël est le seul pays du Moyen-Orient qui n'a pas ratifié le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. La résolution édicte que le pays devrait signer le traiter immédiatement et s'engager à ne plus produire d'armes nucléaires. Israël devrait aussi renoncer aux armes qu'elle possède déjà. Ses installations seraient contrôlées par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Les États-Unis et le Canada faisaient partie des pays opposés à la résolution, aux côtés d'Israël, alors que 18 pays se sont abstenus.

L'initiative, lancée par l'Égypte, n'avait pas reçu les appuis nécessaires en septembre dernier à une assemblée de l'AIEA. Israël avait à l'époque accusé les pays arabes de saper toutes les possibilités de dialogue en visant ainsi l'État juif.

La mission permanente d'Israël à l'ONU n'a pas rappelé l'Associated Press mardi pour commenter la nouvelle.

La résolution, appelée «Le risque de prolifération des armes nucléaires au Moyen-Orient», plaide pour l'établissement d'une zone sans armes nucléaires de destruction massive au Moyen-Orient.

Israël martèle toutefois qu'un accord de paix devrait être adopté avec l'État palestinien avant tout. Le pays estime aussi que la seule réelle menace dans la région est l'Iran, qui nie fabriquer de telles armes.

Les résolutions de l'Assemblée générale ne sont pas contraignantes pour les pays, mais elles revêtent un poids moral, puisqu'il s'agit du seul organisme où les 193 États-membres sont représentés.

Le représentant américain Robert Wood croit que la mesure n'est pas juste ni équitable puisqu'elle cible un seul pays. Il estime en outre qu'une telle résolution est loin de régler le problème des armes nucléaires au Moyen-Orient.

PLUS:pc