NOUVELLES

Un juge égyptien condamne à mort 188 personnes

02/12/2014 04:18 EST | Actualisé 01/02/2015 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Un tribunal égyptien a condamné mardi 188 personnes à mort, la plus récente de ce type de sentence collective rendue par le système judicaire du pays malgré les dénonciations internationales.

Ces 188 personnes étaient accusées d'être responsables de la mort de 11 policiers à Kerdassa, un bastion islamiste situé à l'ouest du Caire, l'an dernier. Au cours de cet assaut, un des plus violents jamais survenus contre des forces de sécurité égyptiennes, le corps des agents avaient été mutilés. Il s'était déroulé le même jour où les forces de sécurité avaient dispersé deux manifestations massives organisées dans la capitale par les partisans du président déchu Mohamed Morsi.

Elles étaient aussi accusées d'avoir tenté de tuer 10 autres policiers, endommagé un poste de police, incendié des autos de police et possédé des armes lourdes.

Environ 22 000 personnes ont été arrêtées depuis le renversement de Mohamed Morsi par l'armée. La majorité des principaux dirigeants des Frères musulmans figurent parmi les détenus. Plusieurs autres ont fait l'objet de rafles policières lors de manifestations en faveur de M. Morsi.

Le tribunal a demandé l'avis consultatif du grand mutfi, la principale autorité religieuse du pays. Il rendra un verdict final le 24 janvier. Les accusés peuvent en appeler de la décision.

Selon des responsables de la sécurité, 143 des 188 accusés étaient déjà détenus. Ceux qui ne l'étaient pas seront jugés de nouveau, ainsi le veut le droit égyptien.

L'Égypte est vivement critiquée pour le grand nombre de condamnations à mort visant majoritairement des islamistes. Plus tôt cette année, un juge de Minya, au sud du pays, avait prononcé plus de 1200 condamnations à mort au cours de deux procès collectifs. Le nombre a ultérieurement été réduit à 200. Là encore, il s'agissait de personnes impliquées dans des attaques contre des policiers.

PLUS:pc