NOUVELLES

Le prix du panier d'épicerie continuera d'augmenter en 2015

02/12/2014 10:12 EST | Actualisé 02/12/2014 10:12 EST
Jupiterimages

Les Canadiens devront augmenter la somme allouée à l'épicerie dans leur budget 2015, selon une étude de l'Université Guelph. Les amateurs de viandes - notamment le bacon et le steak - de crevettes et de légumes devront creuser un peu plus profondément dans leurs poches pour se nourrir au cours de l'année qui vient.

Le prix de la nourriture augmentera de quelque 0,3 % à 2,4 % l'an prochain, selon le rapport annuel sur les prix de la nourriture de l'Université Guelph.

Le prix du grain devrait demeurer stable et celui de plusieurs denrées, comme les œufs et les produits laitiers, pourrait même diminuer. Quant au prix de la viande, du poisson, des fruits de mer et des légumes, ils devraient connaître des augmentations de 3 à 5 %.

L'augmentation de la demande internationale pour la viande entraîne les prix à la hausse.

Les prévisions de l'Université se sont avérées majoritairement exactes en 2014 avec quelques surprises sur les prix de la viande qui ont explosé. Le prix de la viande a augmenté de 12,4 %, cette année, pendant que celui du poisson grimpait de 5,9 %. Les prix de ces denrées devraient encore augmenter l'année prochaine.

Le prix du bacon a bondi de 25 % pendant que celui du jambon et des côtelettes de porc ont bondi de 18 %.

Des facteurs économiques et climatiques

Devant les nouvelles augmentations de prix, les distributeurs tenteront de diversifier leurs approvisionnements afin d'amoindrir les effets des hausses sur les consommateurs, selon le professeur des études de Marketing et Consommation, Sylvain Charlebois. Les distributeurs tentent ainsi d'éviter de perdre des parts de marché, toujours selon le professeur Charlebois.

Les portions et le contenu des emballages pourraient également être réduits pour tenter de dissimuler les hausses de prix.

Le rapport souligne que l'augmentation des coûts d'abattage explique une partie de ces augmentations tout comme les maladies qui ont affecté l'industrie porcine.

En dépit de l'amélioration des rendements de l'agriculture, l'augmentation des protéines animales à travers le monde augmente très rapidement entraînant les prix à la hausse », souligne M. Charlebois. Les changements climatiques forcent les Canadiens à dépenser davantage pour s'alimenter et à faire des choix différents. »

Les sécheresses qui sévissent en Californie, où les Canadiens s'approvisionnent en légume durant les mois hivernaux, entraîneront le prix des légumes à la hausse. Près de la moitié de la nourriture des Canadiens est importée, selon le rapport de l'Université.

La baisse de la valeur du dollar canadien aura également un impact inflationniste sur le prix des aliments importés.

Les hausses de prix prévus pour 2015:

  • Viande - 3 % à 5 %
  • Poisson et fruits de mer - 3 % - 5 %
  • Œufs et produits laitiers - -1 % à 1 %
  • Grain - 0 % à 2 %
  • Fruits et noix - 1 % à 3 %
  • Légumes - 3 % à 5 %
  • Restaurant - 1 % à 3 %

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Faire son épicerie dans le Nord