NOUVELLES

L'initiative antiesclavage du pape est appuyée bouddhistes, musulmans et autres

02/12/2014 01:04 EST | Actualisé 01/02/2015 05:12 EST

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Des leaders religieux représentant une demi-douzaine de fois ont appuyé mardi une nouvelle initiative du Vatican pour mettre fin à l'esclavage moderne d'ici 2020, déclarant que la traite de personnes, le travail forcé et la prostitution sont des crimes contre l'humanité.

Le pape François et l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, ont été rejoints mardi par le gourou hindou Mata Amritanandamayi (surnommé Amma) ainsi que par des leaders bouddhistes, juifs, sunnites et chiites pour la signature d'une déclaration commune contre l'esclavage moderne.

Les signataires se sont engagés à tout faire en leur pouvoir et au sein de leurs communautés religieuses pour travailler à la libération des quelque 35 millions de personnes réduites en esclavage à travers le monde d'ici 2020.

Le pape François a fait de l'éradication de la traite de personnes et de l'esclavage moderne une des priorités de son pontificat. Il a annoncé plus tôt cette année la création du Réseau mondial pour la liberté, une initiative multiconfessionnelle qui vise à éliminer ce fléau en encourageant les gouvernements, entreprises et autres à s'assurer que leur chaîne d'approvisionnement est libre de tout esclavage.

Un représentant du Vatican a expliqué que la préoccupation du pape découle en partie de son oeuvre dans les bidonvilles de Buenos Aires, à l'époque où il était archevêque de la métropole argentine.

PLUS:pc