NOUVELLES

Kenya: des islamistes abattent 36 non-musulmans; le ministre de l'Intérieur viré

02/12/2014 09:37 EST | Actualisé 01/02/2015 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - Des islamistes ont abattu tôt mardi 36 non-musulmans qui travaillaient dans une carrière du nord du Kenya.

Le président kényan a rapidement réagi en annonçant une refonte du système de sécurité, notamment en limogeant le ministre de l'Intérieur et en acceptant la démission du chef de la police nationale.

Uhuru Kenyatta a nommé un politicien de l'opposition, l'ancien général Joseph Nkaissery, comme ministre de l'Intérieur.

«Je sais que nous sommes tous très tendus, mais je lance un appel à chacun d'entre nous: ce n'est pas le moment d'être intimidés par l'ennemi, a dit M. Kenyatta. Je demande à tous les leaders de s'unir pour affronter cet ennemi. C'est une guerre que nous devons remporter.»

Le chef de police David Kimaiyo a cité des raisons personnelles pour justifier son «départ anticipé à la retraite».

Les corps des 36 victimes ont été transférés vers une morgue de Nairobi, où des proches tentaient de les identifier.

La pression populaire réclamant le départ des deux hommes se faisait de plus en plus intense, dans la foulée de plusieurs attaques meurtrières perpétrées par les extrémistes.

La tuerie de mardi s'est produite dans une carrière du comté de Mandera, près de la frontière avec la Somalie. Les assaillants ont identifié et exécuté les non-musulmans, comme cela s'était produit lors d'une attaque contre un autobus il y a dix jours, avant de prendre la fuite.

L'attaque a été revendiquée par le groupe somalien Al-Shabab, qui lutte depuis des années pour imposer la loi coranique stricte en Somalie.

Une cinquantaine d'hommes lourdement armés se sont présentés à la carrière un peu après minuit, dans la nuit de lundi à mardi, pendant que les ouvriers dormaient. Ils ont alors tiré des coups de semonce, selon ce qu'a raconté un survivant, Peter Nderitu.

M. Nderitu et d'autres se sont cachés dans un fossé et ont vu les islamistes demander à leurs collègues de réciter la chahada, la profession de foi de l'islam. Des coups de feu ont ensuite été entendus. M. Nderitu est resté tapis pendant plusieurs heures. Il a ensuite trouvé les corps de ses collègues alignés soigneusement. Presque tous avaient été abattus d'une balle derrière la tête.

Un porte-parole d'Al-Shabab a indiqué que cette nouvelle attaque a été lancée en représailles à la présence de soldats kényans en Somalie.

PLUS:pc