NOUVELLES

Ebola: MSF estime que la réponse demeure insuffisante

02/12/2014 06:27 EST | Actualisé 01/02/2015 05:12 EST

MONROVIA, Libéria - La réponse internationale à l'épidémie de virus Ebola demeure lente et fragmentaire, a indiqué mardi Médecins sans frontières (MSF), pendant que des dirigeants de la Banque mondiale prévenaient que le virus matraque les économies des trois pays les plus durement touchés.

L'Ebola a infecté quelque 17 000 personnes, faisant plus de 6000 morts, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La vaste majorité des infections ont été recensées en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, des pays pauvres qui doivent affronter cette crise sans l'aide nécessaire, a dit le groupe médical.

«Les États étrangers se sont concentrés essentiellement sur le financement ou la construction de structures de prise en charge des cas, laissant aux autorités nationales, au personnel médical local et aux ONG qui n'ont pas l'expertise nécessaire en la matière le soin de les pourvoir en personnel», a dit MSF par voie de communiqué.

La présidente internationale de MSF, la pédiatre québécoise Joanne Liu, a ajouté qu'il est «extrêmement décevant que les États dotés d'une réponse à des catastrophes biologiques aient choisi de ne pas les déployer».

En plus de faire des milliers de victimes, l'épidémie qui a débuté en mars en Guinée a entraîné la fermeture d'hôpitaux, d'écoles et de marchés, freiné les échanges commerciaux transfrontaliers et provoqué l'annulation de plusieurs vols.

La Banque mondiale a de nouveau abaissé, mardi, ses prédictions de croissance pour les trois pays les plus durement touchés. Elle les avait déjà réduites une première fois en octobre.

L'économie guinéenne devrait afficher une croissance de seulement 0,5 pour cent cette année, contre 4,5 pour cent avant le début de la crise, a dit la Banque mondiale. La croissance économique de la Sierra Leone devrait se chiffrer à 4 pour cent, comparativement aux 11 pour cent attendus précédemment. Les prévisions de croissance du Libéria ont été abaissés de 5,9 pour cent à 2,2 pour cent.

L'impact économique devrait s'agraver en Guinée et en Sierra Leone l'an prochain, et les économies des deux pays devraient perdre du terrain.

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, doit visiter les trois pays cette semaine. La banque a promis 1 milliard $ US à ces trois pays, dont la moitié a déjà été versée.

L'OMS établit maintenant à 3145 le nombre de morts au Libéria; trois jours plus tôt, l'organisme faisait état de 4181 décès, en forte croissance de 1000 en l'espace d'à peine 48 heures.

Un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic, a expliqué lundi soir que le bilan incorrect de l'OMS avait malencontreusement ajouté des morts qui n'ont pas été imputables à l'Ebola.

L'OMS reconnaît son erreur mais rappelle qu'il est difficile de compiler les données au Libéria, en Guinée et en Sierra Leone.

Le dernier bilan officiel des fatalités causées par l'Ebola s'élève à un total de 5987 morts dans ces trois pays d'Afrique de l'Ouest.

PLUS:pc