NOUVELLES

TransCanada suspend temporairement ses travaux à Cacouna pour Énergie Est

01/12/2014 03:54 EST | Actualisé 31/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - TransCanada a décidé lundi d'arrêter temporairement les travaux pour son terminal pétrolier controversé à Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, effectués dans le cadre du projet d'oléoduc Énergie Est.

L'entreprise albertaine dit avoir pris cette décision afin de se donner le temps d'analyser la décision du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepac), qui a reclassé les bélugas du Saint-Laurent comme une «espèce en voie de disparition», et non plus comme une «espèce menacée».

Il est vraisemblable que les travaux ne reprennent pas avant le printemps. Le certificat d'autorisation des forages, émis par Québec, est venu à échéance dimanche. Et puis l'hiver arrive à grands pas, ce qui aurait forcé de toute façon l'interruption des travaux.

Un porte-parole de TransCanada, Tim Duboyce, a refusé de spéculer sur une date possible de reprise des travaux.

«On a l'hiver devant nous qui empêcherait de toute façon de faire quoi que ce soit en termes de travaux. Peut-être pas tout de suite, mais très bientôt, la météo nous empêcherait de faire des sondages dans l'eau», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique.

«On a le temps. On a des semaines et des mois pour parler avec nos partenaires», a-t-il ajouté.

Car TransCanada affirme vouloir évaluer les impacts potentiels de la caractérisation des bélugas comme «espèce en voie de disparition» sur son projet d'oléoduc Énergie Est. M. Duboyce a dit ne pas savoir si la nouvelle classification comportait des exigences légales plus contraignantes.

«Mais ça nous préoccupe», a-t-il dit à ce sujet.

«On a décidé que c'est absolument le bon moment de mettre ce volet sur la glace pour tenir compte de tous les faits devant nous, a-t-il ajouté. On a une volonté de faire les choses comme il faut.»

TransCanada effectue ces travaux en vue de construire à Cacouna un terminal pétrolier en eau profonde pour y acheminer du pétrole des sables bitumineux de l'Ouest canadien.

L'entreprise fait face à l'opposition grandissante des citoyens qui manifestent et dénoncent la construction envisagée du terminal dans l'habitat du béluga.

Le Cosepac vient tout juste de reclasser le béluga comme une espèce en voie de disparition. Dans son analyse, il précise que l'estuaire du Saint-Laurent a déjà compté jusqu'à 10 000 individus, mais que la chasse qui s'est poursuivie jusqu'en 1979 a réduit la population à moins de 1000 animaux.

«Sans une protection de son habitat essentiel, on s'attend à ce que cette population continue de diminuer», a indiqué le Cosepac dans son récent communiqué. L'organisme soulève des problèmes de mortalité dus à la prolifération d'algues toxiques, à la pollution, à la perturbation causée par le bruit et au développement industriel.

Dans une déclaration transmise lundi, TransCanada réitère son engagement à respecter l'environnement et les lois des différentes juridictions fédérales et provinciales.

Questionné à savoir pourquoi l'entreprise a pris cette décision lundi pour le bien des bélugas alors que la colère publique gronde depuis un bon moment, M. Duboyce a rétorqué que les gestes de TransCanada étaient loin d'être «soudains» puisque l'entreprise cherche à développer son projet en respectant l'environnement depuis le début.

Selon TransCanada, les bénéfices de son projet de 12 milliards $ sont majeurs: il créerait des milliers d'emplois et des milliards de dollars en revenus fiscaux pour les différents gouvernements, à court terme et long terme.

Le projet d'oléoduc Énergie Est de l'entreprise aboutirait notamment au port de Cacouna. L'équivalent d'environ un million de barils de pétrole brut serait quotidiennement transporté à travers cet oléoduc de quelque 4600 kilomètres en direction de raffineries et terminaux au Québec ainsi qu'au Nouveau-Brunswick.

Le certificat d'autorisation émis à l'entreprise par le ministère de l'Environnement du Québec est arrivé à échéance dimanche. TransCanada s'était déjà fait remettre à l'ordre par Québec cet automne car ses travaux faisaient trop de bruit par rapport à ce qui avait été permis dans le but de protéger les bélugas.

PLUS:pc