NOUVELLES

Les impacts des changements climatiques alimentent les discussions à Lima

01/12/2014 07:47 EST | Actualisé 31/01/2015 05:12 EST

LIMA, Pérou - Alors que l'année en cours est en voie de devenir la plus chaude jamais enregistrée, plus de 190 pays ont amorcé les discussions, lundi, sur les nouvelles limites d'émission de gaz à effet de serre qui affectent déjà le climat mondial et qui rend la vie plus difficile autour du monde.

De nouvelles cibles pour l'utilisation des combustibles fossiles ont été annoncées en prévision de la conférence sur le climat entre les États-Unis, l'Union européenne et la Chine, le premier pays asiatique à s'engager de cette manière dans la lutte aux changements climatiques. Cette implication a injecté de l'optimisme dans les négociations qui doivent culminer à Paris l'an prochain avec l'adoption tant attendue de l'accord sur le climat.

Mais l'Inde, la Russie, le Japon et l'Australie n'ont toujours pas adopté les nouvelles mesures. Les scientifiques affirment que des réductions d'émissions plus draconiennes seront nécessaires dans les prochaines décennies afin de conserver le réchauffement global sous la barre des 2 degrés Celsius par rapport à l'époque pré-industrielle, l'objectif principal des discussions des Nations unies.

Les températures globales ont déjà grimpé de 0,8 degrés Celsius, et de plus en plus de gaz retenant la chaleur sont émis chaque année.

Chaque degré de plus peut causer des conséquences à long-terme; de la fonte des glaciers à la hausse du niveau des océans, en passant par la disparition d'espèces.

PLUS:pc