POLITIQUE

Lancement de campagne de Pierre Karl Péladeau: opération charme réussie auprès des militants péquistes (PHOTOS)

30/11/2014 08:53 EST | Actualisé 30/11/2014 10:12 EST

Pierre Karl Péladeau est le candidat qui va relancer le Parti québécois et faire l’indépendance, disent les militants présents à son lancement de campagne dans une école de Saint-Jérome, dimanche.

Parmi les politiciens qui ont vanté les qualités de PKP, l’on retrouvait Bernard Landry, seul ancien premier ministre à l’appuyer pour l’instant, ainsi que les députés Pascal Bérubé, Harold Lebel et Nicole Léger, qui l’appuient depuis un bon moment déjà.

« Quant à moi, c’est le plus grand bouleversement politique positif du Parti québécois depuis l’arrivée de Lucien Bouchard », affirme sans détour Pascal Bérubé, également directeur de la campagne de financement de PKP.

Les militants charmés

L’annonce de la candidature de PKP, bien qu’attendue, a eu l’effet escompté auprès des militants péquistes. Plus de 3250 personnes ont signé son bulletin de mise en candidature depuis jeudi dernier.

Flavie Payette-Renouf, qui est aussi montée sur scène, croit qu’il tiendra ses engagements pour la réalisation de la souveraineté. « Pierre Karl, c’est un homme très inspirant. Je pense qu’avec lui, on peut réellement faire la souveraineté. Partout où il va, il réussit, quand il a un objectif, il le tient. »

« On sent qu’il aime le Québec, qu’il veut faire du Québec un pays et ça, c’est de la musique aux oreilles des souverainistes », ajoute Me Rhéal Fortin, président du Parti québécois dans Saint-Jérôme.

PKP arrive même à convaincre les sceptiques comme Marc Chevrier, un des bénévoles présents au rassemblement. Il croit que Pierre Karl Péladeau tente de se détacher de son image d’homme d’affaires qui, de son propre aveu, n’était pas son préféré.

Un sujet sensible

Denise Filiatrault a pour sa part vanté le « talent, la force et l’étoffe » du candidat, qu’elle a connu quand il était tout petit. « Reste toujours vrai et n’oublie jamais que c’est le public qui t’engage », a-t-elle ajouté à la fin d’un discours qui a touché la corde sensible de Pierre Karl Péladeau.

Ému, il a dû interrompre son discours lorsqu’il a parlé de son père, un des « grands bâtisseurs du Québec ». Il l’a d’ailleurs cité en exemple à quelques reprises pour démontrer que « les Québécois peuvent réussir en affaires ».

« Mon entreprise, je l’ai reçue en héritage de mon père et je l’ai fait croître. Je crois, tout comme ma mère, qu’il serait très fier de mon choix aujourd’hui. »

Outre l’indépendance du Québec, le discours de Pierre Karl Péladeau portait essentiellement sur l’environnement, l’éducation et la culture, mais il n’a pris aucun engagement clair pour le moment.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Lancement de campagne de PKP à St-Jérôme