NOUVELLES

Les joueurs des Tiger-Cats se savaient capables de grandes choses

28/11/2014 04:58 EST | Actualisé 28/01/2015 05:12 EST

VANCOUVER - Les Tiger-Cats de Hamilton ne ressemblaient en rien à une équipe qui pouvait rêver à la coupe Grey, au mois d'août, pendant qu'ils affichaient un dossier de 1-6. Mais selon le plaqueur Ted Laurent, les joueurs n'ont jamais paniqué.

«Quand nous avions une fiche de 1-6, notre entraîneur-chef Kent Austin et notre coordonnateur défensif Orlando Steinauer nous ont dit que nous avions le talent pour gagner le championnat», a déclaré l'imposant athlète montréalais de 303 livres.

Le secondeur Simoni Lawrence s'est souvenu des mots utilisés par Austin: «Ce sera une histoire remarquable quand ce sera fait».

Le dernier chapitre sera écrit dimanche, au Stade B.C. Place lorsque les Tiger-Cats affronteront les puissants Stampeders de Calgary.

Les Tiger-Cats, qui se sont inclinés 45-23 face aux Roughriders de la Saskatchewan lors de la finale l'an dernier, abordent ce match avec beaucoup d'optimisme.

C'est ce qu'ils ont fait tout au long de la saison, peu importe où ils se trouvaient au classement.

«Nous savions que nous n'étions pas une équipe de 1-6, a dit le joueur de ligne Peter Dyakowski. J'ai joué pour des équipes de bas de classement, et ce n'est pas ça que nous étions. Vous pouviez regarder à chaque position et vous saviez que nous avions le talent, que nous étions près.»

«Cette équipe a été extrêmement tenace à l'intérieur, où c'est le plus important», a commenté le coordonnateur des unités spéciales et l'entraîneur des secondeurs, Jeff Reinebold.

Reinebold a vu plus d'une équipe au cours de sa carrière d'entraîneur qui s'est déroulée d'Amsterdam à Las Vegas avec des arrêts en Colombie-Britannique, à Edmonton, à Hamilton, à Montréal et à Winnipeg.

«Chaque équipe est unique, mais celle-ci est très spéciale à mes yeux, a-t-il analysé. Elle n'a jamais baissé les bras. Les gars n'ont jamais flanché. Ils n'ont jamais perdu la foi ou pointé un coéquipier du doigt.

«Cette équipe n'est jamais tombée dans ce jeu-là. Le crédit revient en partie à Kent Austin et à sa croyance inébranlable en ses principes qui s'est reflétée sur ses assistants. Le message a toujours été constant.»

Les Tiger-Cats (9-9) ont ensuite remporté huit de leurs 11 matchs suivants pour terminer au premier rang de la section Est. Ils ont éliminé les Alouettes en l'emportant 40-24 en finale de l'Est.

PLUS:pc