NOUVELLES

Le cours du pétrole s'effondre et fait reculer la Bourse de Toronto

28/11/2014 04:38 EST | Actualisé 28/01/2015 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse vendredi, les titres du secteur de l'énergie ayant poursuivi leur glissade pendant que le cours du pétrole brut dégringolait à un creux de cinq ans, tandis que les actions des minières reculaient avec le prix du cuivre, en proie à certaines inquiétudes quant à l'économie chinoise.

L'indice composé S&P/TSX a perdu 177,69 points pour terminer la séance à 14 744,75 points, après avoir effacé la veille 116 points. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a choisi jeudi de laisser son niveau de production inchangé, plutôt que de le réduire et ainsi tenter de mettre fin à la baisse du prix du baril.

Les marchés boursiers américains étaient fermés jeudi pour le congé de la Thanksgiving. Mais vendredi, le cours du baril de brut a plongé de 7,54 $ US par rapport à son cours de fermeture de mercredi, à 66,15 $ US.

À la Bourse de Toronto, le secteur de l'énergie, qui avait retraité de sept pour cent jeudi, a perdu un autre 2,26 pour cent.

Le cours du pétrole brut a cédé environ 35 pour cent depuis le milieu de l'été, en raison de la hausse du dollar américain, d'un recul de la demande et, plus particulièrement, d'une surabondance des réserves mondiales de brut.

Et certains analystes ont indiqué qu'ils ne seraient pas étonnés de voir cette glissade se poursuivre puisque l'Arabie saoudite — le plus grand exportateur de l'Opep, avec des coûts de production parmi les plus faibles — semble être prête à accepter que les cours restent bas pour faire concurrence aux producteurs américains et protéger sa part du marché.

Le plongeon des prix de l'énergie a pesé sur le dollar canadien, qui s'est déprécié vendredi de 0,84 cent US à 87,14 cents US. Le huard avait déjà rendu jeudi 0,75 cent US.

Les principaux indices boursiers américains ont peu bougé vendredi, au terme d'une séance écourtée pour le long week-end de congé. Les parquets new-yorkais sont en outre moins exposés aux sociétés du secteur des matières premières que le TSX.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné un demi-point pour clôturer à 17 828 points. L'indice élargi S&P 500 a effacé 5,27 points à 2067,56 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq s'est emparé de 4,31 points à 4791,63 points.

Un autre pilier de la Bourse de Toronto a montré des signes de faiblesses vendredi — le secteur des métaux et minerais diversifiés, qui a souffert de la baisse des prix des métaux.

Ce groupe a lâché 5,1 pour cent, le cours du cuivre ayant plongé de 11 cents US à 2,85 $ US la livre à New York. Avant cette semaine, le cuivre n'avait pas reculé sous la barre des 3 $ US depuis 2010.

La décision de la banque centrale chinoise de réduire ses taux d'intérêt, la semaine dernière, avait été bien accueillie. Mais depuis, de nouvelles inquiétudes ont surgi et des investisseurs se demandent maintenant si la décision de la banque sera suffisante pour que la Chine maintienne sa croissance économique au-dessus du cap des sept pour cent.

Le cours de l'or a fortement reculé, puisque la faiblesse des prix du pétrole se traduira par une plus faible inflation. Le secteur aurifère du parquet torontois a perdu environ 6,35 pour cent, tandis que le cours du lingot a abandonné 22 $ US à 1175,50 $ US l'once à New York.

Les secteurs torontois des services aux collectivités et des biens de consommation de base ont tous deux progressé de 0,6 pour cent vendredi.

Sur l'ensemble de la semaine, l'indice composé S&P/TSX a perdu 366 points, soit 2,43 pour cent, ce qui constitue son premier recul hebdomadaire après six semaines consécutives de gains.

PLUS:pc