NOUVELLES

France: l'Assemblée nationale débat sur la reconnaissance de l'État palestinien

28/11/2014 03:00 EST | Actualisé 28/01/2015 05:12 EST

PARIS - La France presse les Israéliens et les Palestiniens de reprendre leurs pourparlers de paix, alors que les parlementaires français ont débattu, vendredi, de la possibilité de reconnaître un État palestinien indépendant.

Le gouvernement socialiste est en faveur de la division du territoire en deux États, mais estime qu'il est encore trop tôt pour accorder sa reconnaissance formelle aux Palestiniens.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué que la France travaillait actuellement avec les Nations unies sur une résolution pour inciter les deux parties à recommencer un processus de négociations de paix, assorti d'une date d'échéance de deux ans.

M. Fabius a précisé que son pays reconnaîtrait assurément l'État de la Palestine. La question, selon lui, est de déterminer «quand» et «comment».

La France, qui abrite les populations musulmanes et juives les plus importantes en Europe, a su maintenir à travers les années de bonnes relations tant avec les autorités israéliennes que palestiniennes. M. Fabius croit que ses véritables ennemis dans la région sont les extrémistes.

L'ambassadeur israélien en France, Yossi Gal, estime que le débat parlementaire sur la reconnaissance de l'État palestinien nuit à tout espoir de paix.

«Je souhaite vraiment que tout le monde reprendra ses esprits et verra que cette résolution est néfaste pour toutes les parties impliquées», a-t-il affirmé, en entrevue avec l'Associated Press.

Le diplomate palestinien Hael Al Fahoum espère quant à lui que les députés français voteront en faveur de la motion, mardi prochain.

La résolution édicte que la France reconnaîtrait l'État de Palestine «en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit».

Plusieurs pays européens sont excédés par l'impasse des discussions entre les deux États et la poursuite du conflit, qui s'est aggravé l'été dernier dans la bande de Gaza. D'autres s'inquiètent de l'augmentation des colonies juives sur le territoire revendiqué par les Palestiniens.

Le 30 octobre, la Suède est devenue le premier pays de l'Europe de l'Ouest à reconnaître la Palestine. Les parlementaires du Royaume-Uni, de l'Espagne et de l'Irlande ont, depuis, adopté des motions non contraignantes en ce sens. Le Parlement européen a aussi débattu de la question cette semaine.

PLUS:pc