DIVERTISSEMENT

«Les Morissette» : le côté givré d'un couple imparfait (VIDÉO/PHOTOS)

28/11/2014 05:45 EST

Véronique Cloutier qui parle de sexe oral et déverse sa colère à propos des fêtes d’enfants? Si Louis Morissette souhaitait briser l’image «d’aimant à matantes» (l’expression vient de lui!) que projette publiquement sa douce en créant Les Morissette, il a réussi son pari. Au début du numéro final du spectacle, l’animatrice chouchou des Québécois clame qu’elle est Véronique Cloutier «et qu’elle ne fait pas l’amour», pour rassurer ses admirateurs dans la salle qui la perçoivent comme une sainte. À l’entendre causer clitoris et à la regarder se démener dans des mouvements d’ébats débridés quelques minutes plus tard, on comprend qu’effectivement, la divine Véro est bien faite d’os et de chair.

Après avoir publié maintes photos de sa tournée de rodage sur les réseaux sociaux et multiplié les activités de promotion, le couple Cloutier-Morissette plongeait enfin officiellement à Montréal, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, jeudi. Une horde d’amis artistes et de collègues, et même des membres de la direction de plusieurs réseaux de télévision, étaient venus les encourager pour cette première attendue. Guillaume Lemay-Thivierge, Mariloup Wolfe, Gino Chouinard, Anouk Meunier, Daniel Melançon, Ève-Marie Lortie, Jean Airoldi, Mario Dumont, Marie-Claude Barrette, Hélène Bourgeois-Leclerc, Ricardo Larrivée, et on en passe, ont tous foulé le tapis rouge bondé avant le début de la représentation.

Les Morissette: le tapis rouge


Et alors, c’est comment, Les Morissette? C’est un excellent divertissement, souvent très drôle, qui ne dépaysera pas les habitués de l’univers plein d’autodérision du tandem. Leurs détracteurs ne les affectionneront peut-être pas davantage en quittant leur siège, car Véro et Louis demeurent plutôt fidèles aux «personnages médiatiques» qu’ils se sont créés au fil des ans, mais leur complicité palpable, leur connivence et leur dynamique à la fois mutine et respectueuse séduira assurément ceux qui les suivent avec assiduité.

En somme, on peut considérer Les Morissette comme un cadeau que Véro et Louis offrent à leur public toujours fidèle, sorte de portrait de leur vie à deux, en rigolade et en vérités douces-amères, dans lesquelles plusieurs se reconnaîtront. Un bilan de leurs 13 ans de quotidien commun, qui ressemble, somme toute, au train-train de tant de trentenaires, quadragénaires et quinquagénaires. Vous êtes ou avez été en couple pendant plusieurs années, avez de jeunes enfants, entretenez des récriminations envers le sexe opposé? Les Morissette pourrait vous servir d’exutoire et vous aider à ventiler vos frustrations, comme peuvent le faire bien des tirades d’humoristes, d’ailleurs. L’ensemble de l’œuvre demeure gentil et rassembleur, mais est accessible et terre-à-terre.

Cours d’autodéfense et procès

L’entrée en scène des tourtereaux ne déstabilisera personne, mais donne le ton. Louis s’amène d’abord sobrement et commence à s’adresser à l’assistance comme s’il se commettait en stand up. Puis, Véro fait irruption dans une arrivée tonitruante, avec musique, écran géant, hurlements, selfies avec les spectateurs. On exagère à gros traits le besoin d’attention de la blonde idole, et le parterre joue le jeu à fond en criant et en applaudissant.

Les gags un peu prévisibles s’enchaînent ensuite sans répit : il est question du «petit change» que Louis rapporte comme salaire, des lacunes sexuelles de monsieur, de la notoriété de madame. «Véro, tu es comme notre Oprah, version Choix du Président», lance Louis. «Il est un petit peu frustré parce que lui est juste bon pour vendre du pepperoni et de la pizza», riposte Véro, saluant ainsi le statut de porte-parole des restaurants Boston Pizza de son homme. Louis taquine Véro parce qu’elle n’a pas complété ses études collégiales, elle le nargue parce qu’il est mordu de sport. Clins d’œil aux nombreux voyages à Walt Disney de la tête d’affiche de Rythme FM et à son récent passage au Banquier. «Hos** de Germaine avec du linge ‘à mode», finira par balancer un Louis excédé de se faire dicter des idées de décoration.

Les Morissette


La «reine des matantes» et son roi arrivent à s’obstiner sur divers sujets, sans se disputer. Ils testent des «techniques d’autodéfense» propres aux chicanes de ménage, un segment fort efficace. Louis essaie d’inciter Véronique à se défouler sur des thèmes brûlants, quitte à se mettre quelques personnes à dos, mais force est d’admettre que la contestation n’est pas un talent inné chez la jeune maman. Celle-ci se reprend en faisant le procès des factures trouvées dans les poches de pantalons de son conjoint.

Véro et ses célèbres imitations ne seront pas du Bye Bye 2014, mais on peut se consoler avec Les Morissette, où elle pastiche Brigitte Boisjoli, Valérie Carpentier, Céline Dion, et même Micheline Lanctôt, Mike Ward et Guy A.Lepage. Louis, lui, «rend hommage» à Denis Lévesque.

On a même droit, à un certain moment, à une allusion à Patrick Huard, et vous douterez peut-être des capacités de parents des amoureux après avoir constaté à qui ils confient leur progéniture, grâce à une vidéo très amusante.

Ce n’est pas toujours original et on n’a relevé aucun fou rire incontrôlable jeudi, mais Les Morissette remplit agréablement son mandat de production (relativement) grand public, et ses deux vedettes, attachantes, maîtrisent leur rôle à la perfection. Et ne serait-ce que pour entendre l’ex-conductrice des Enfants de la télé crâner que son vagin «ne veut pas d’énergie négative», la prestation vaut le détour.

Consultez le site web officiel des Morissette, www.lesmorissette.com, pour connaître toutes les dates de la tournée de Véro et Louis, qui se poursuivra jusqu’en 2015.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter