NOUVELLES

Chèque de Suncor : Chantal Rouleau se défend d'avoir favorisé l'organisme de sa conjointe

28/11/2014 07:15 EST | Actualisé 28/11/2014 07:16 EST
Radio-Canada.ca

Après avoir accepté d'encaisser un chèque de la fondation de la pétrolière Suncor, la mairesse de l'arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, admet son erreur, mais elle se défend d'avoir favorisé l'organisme présidé par sa conjointe, Sylvie Lavoie. Les 25 000 $ ont transité par le compte de l'arrondissement avant d'être remis aux marchés publics de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Un texte de François Cormier

Chantal Rouleau affirme qu'elle a fait une « erreur de bonne foi ». Elle explique que l'organisme des marchés publics ne pouvait recevoir le chèque puisqu'elle ne pouvait émettre de reçu.

« Nous n'étions qu'une courroie de transmission. Nous voulions aider un organisme. Dans les circonstances actuelles, le mécanisme choisi n'était peut-être le meilleur. Nous ne le referons pas. »

Questionnée à savoir si elle avait accepté d'encaisser le chèque parce que sa conjointe est présidente de l'organisme, Chantal Rouleau se défend.

« Ça s'est fait de façon transparente au conseil d'arrondissement. Il n'y avait aucune malveillance. Tous les membres du conseil d'administration sont bénévoles et ils ont travaillé extrêmement fort pour ce marché public. », explique Chantal Rouleau.

Celle-ci a d'ailleurs fourni à Radio-Canada un avis du conseiller à l'éthique de la ville de Montréal. « Je ne vois pas pour quelles raisons lors des discussions et des décisions concernant les Marchés publics, vous auriez à vous abstenir de jouer votre rôle d'élue et encore moins pour quelle raison vous auriez à vous retirer de la salle du conseil lors de ces débats et décisions. », écrivait Me Guy Gilbert, le 28 février 2013.

L'opposition questionne l'éthique de Chantal Rouleau

Le maire d'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie questionne le sens éthique de Chantal Rouleau.

« Si la championne de l'éthique accepte un chèque d'une entreprise privée comme Suncor, la population sera en droit de se poser la question à savoir si tous les élus sont dans le même bateau, accuse François William Croteau. Ça augmente le cynisme de la population. Faut toujours être prudent lorsque nous sommes élus. », ajoute-t-il.

François William Croteau critique également sa décision d'aider un organisme présidé par sa conjointe. « Je me questionne sur le jugement de la mairesse. Je considère qu'il y a un grave problème d'éthique et de conflit d'intérêt. »

Le maire considère que le dossier est clos

Le maire Denis Coderre refuse de se prononcer sur le risque de conflit d'intérêt de Chantal Rouleau et de sa conjointe. « Je n'embarquerai pas là-dedans. Le conseiller à l'éthique s'est prononcé et elle a passé le processus. »

Quant à l'encaissement du chèque, le maire juge que le dossier est clos.

« J'avais un problème au niveau de la perception. Je trouvais ça inacceptable. L'argent sera retourné tout simplement », renchérit-il.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Enbridge Northern Gateway Pipeline Proposal