POLITIQUE

Pierre Karl Péladeau annonce sa candidature dans la course à la chefferie du Parti québécois (VIDÉOS/PHOTOS)

27/11/2014 12:29 EST | Actualisé 27/11/2014 12:29 EST

Après des semaines d’attente, Pierre Karl Péladeau a confirmé qu’il se présenterait à la chefferie du Parti québécois. Il est allé chercher son bulletin de candidature à 14h.

Il devient ainsi le sixième candidat confirmé dans la course, aux côtés de Bernard Drainville, Jean-François Lisée, Martine Ouellet, Alexandre Cloutier et Pierre Céré.

PKP en a fait l’annonce en répondant à la question d’un étudiant, lors d’une allocution prononcée au pavillon Jean-Brillant, à l’Université de Montréal, son alma mater, ce qui lui a valu des applaudissements des militants et étudiants sur place.

Lors d'un bref point de presse, quelques minutes plus tard, il a soutenu qu'il serait un chef «rassembleur», mais n'a pas voulu se prononcer sur le moment où il voudrait réaliser la souveraineté, contrairement à ses collègues.

Le texte se continue ci-dessous.

PKP annonce sa candidature à l'UdeM

Pierre Karl Péladeau a reçu plusieurs invitations dans les dernières semaines pour échanger avec le militants, mais c'est jeudi qu'il a pris la décision d'aller chercher son bulletin et d'ainsi officialiser sa candidature.

«Péladeau, Libéraux...»

Quelques dizaines de manifestants ont fait du bruit à l'extérieur de l'amphithéâtre où avait lieu la conférence de Pierre Karl Péladeau. Armés de casseroles et de trompettes, ils ont entonné des slogans contre lui, mais aussi contre le capitalisme, contre les médias et contre l'austérité entre deux bombes puantes.

Une manifestante nous a dit que les gens présents étaient venus de leur propre chef, qu'ils ne faisaient pas partie d'une quelconque organisation.

À l'intérieur de la salle, on entendait clairement «Péladeau, Libéraux», slogan que le principal intéressé a tourné à la blague. «Je suis rentré par erreur dans leur salle de caucus, ce n'est arrivé qu'une fois!»

Une conférence fourre-tout

Revenant sur ses études, le député de Saint-Jérôme s’est également prononcé sur une foule de projets, dont le spectre sans-fil de la CRTC et les oléoducs. Selon lui, le Parti libéral plie l'échine devant Ottawa et le Québec aurait avantage à rapatrier certaines compétences fédérales.

Il a aussi réaffirmé son désir de faire du Québec un pays et de s’inspirer des autres nations qui souhaitent l’indépendance, dont l’Écosse et la Catalogne.

PKP a vanté, à plusieurs reprises, le convergence de l'empire Québecor et son diffuseur Vidéotron. «Quand je dis "nous", je parle de quand j'étais là. Aujourd'hui, je suis député de Saint-Jérôme», a tenu à rappeler l'actionnaire majoritaire de la société.

L'annonce de Péladeau survient alors que le Parti québécois a déposé une motion de censure contre le gouvernement libéral. Les ministres Fournier et Barrette ont critiqué son absence et son manque de solidarité.

Mais celui-ci ne mâche pas ses mots envers ses détracteurs du Parti libéral. «C'est certainement pas la politique d'austérité que je privilégie. Malheureusement, on constate qu'ils ont l'intention de poursuivre dans cette perspective-là et ils le font de façon brutale», a-t-il déploré.

La campagne est lancée

Ses organisateurs ont déjà reçu la consigne de récolter des signatures la fin de semaine prochaine.

Le candidat à la chefferie sera alors en Mauricie, dans la circonscription de Maskinongé, où il a obtenu l'appui des ex-ministres péquistes Jean-Pierre Jolivet, Yves Duhaime et Guy Julien. Dans la région, il a également recruté l'ex-organisateur politique du Bloc québécois Martin Beaudry.

Chaque candidat doit récolter un minimum de 2000 signatures de membres du PQ, dans 50 circonscriptions représentant neuf régions. Un article du quotidien Le Devoir indiquait récemment que Pierre Karl Péladeau espère récolter ces signatures au cours d'un blitz de cinq jours.

(Avec des informations de Patrick Bellerose)


PKP candidat, Twitter réagit

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter