NOUVELLES

Le président mexicain annonce une politique nationale contre la criminalité

27/11/2014 04:22 EST | Actualisé 27/01/2015 05:12 EST

MEXICO - Le président du Mexique a annoncé une politique nationale contre la criminalité jeudi, au même moment où 11 corps partiellement calcinés ont été retrouvés dans l'État de Guerrero, dans le sud du pays, où 43 étudiants sont disparus en septembre.

Enrique Peña Nieto voudrait notamment permettre au Congrès mexicain de dissoudre les gouvernements municipaux corrompus. Il a aussi proposé de soumettre les forces policières locales aux administrations des États.

Le nouveau plan simplifierait en outre le rôle des différents paliers des forces policières, qui sont actuellement responsables de types de crimes distincts. Par exemple, certains policiers locaux considèrent qu'ils ne devraient pas sévir contre les crimes touchant la juridiction du gouvernement fédéral, comme le trafic de drogues.

Les nouvelles mesures annoncées par M. Nieto seraient d'abord déployées dans les quatre États les plus problématiques —le Guerrero, le Michoacan, le Jalisco et le Tamaulipas, où seraient envoyés des policiers du gouvernement fédéral.

La politique du président Nieto a été inspirée par la disparition de 43 étudiants à Iguala, dans l'État de Guerrero, à la fin du mois de septembre. Ils auraient vraisemblablement été tués et incinérés par un groupe criminel.

Des procureurs ont avancé que l'ancien maire d'Iguala, José Luis Arbaca, avait des liens avec le crime organisé. Il aurait ordonné l'arrestation et la détention des étudiants, qui auraient ensuite été transférés aux criminels.

«Le Mexique ne peut pas continuer comme cela. Après Iguala, le Mexique doit changer», a plaidé M. Nieto.

Les réformes, qui nécessiteront des amendements dans la Constitution du pays, seront énoncées officiellement la semaine prochaine.

Par ailleurs, 11 corps décapités et partiellement calcinés ont été retrouvés jeudi matin sur le bord d'une rue près de la ville de Chilapa, dans l'État de Guerrero, non loin du collège des étudiants disparus.

Selon le gouvernement de l'État, les victimes auraient été tuées par balle et leurs têtes n'ont pas été retrouvées.

Plusieurs autres politiques contre la criminalité avaient été instaurées précédemment, avec des résultats mitigés. De 2004 à 2008, de nouvelles mesures avaient contribué à réduire le taux de criminalité de certaines régions, mais elles n'avaient pas permis d'éliminer complètement l'infiltration du crime organisé dans les forces policières locales.

PLUS:pc