NOUVELLES

Un début de saison du tonnerre pour les nouveaux Predators de Nashville

26/11/2014 08:41 EST | Actualisé 26/01/2015 05:12 EST

NASHVILLE, États-Unis - Les Predators de Nashville connaissent un excellent début de saison, étant troisièmes dans l'Ouest, et leurs succès viennent probablement de plus d'un facteur.

Le nouvel entraîneur Peter Laviolette a amené son penchant offensif, une orientation bien avisée pour un club où évoluent James Neal et Mike Ribeiro, des nouveaux venus eux aussi.

Devant le filet, Pekka Rinne a repris la forme au point de se classer deuxième de la ligue pour la moyenne de buts alloués, avant les matches de mercredi. Il a souffert d'une infection à la hanche la saison dernière, se voyant limité à 24 matches.

En ajoutant les 22 points en 21 matches de Filip Forsberg, cela donne un club qui se trouve au premier rang de sa section, au quart de la saison régulière. Les Predators n'ont pas encore perdu deux matches de suite.

«C'est un bon début, mais le plus dur sera sans doute de rester au sommet, a dit Rinne, qui est à égalité au premier rang de la LNH avec 14 gains. Avoir du succès, ça motive encore plus les autres équipes à vouloir nous ramener sur terre, alors il faut être prêts à gérer ça. Cela dit, c'est agréable de commencer une saison comme ça.»

Les Predators brillent avec un rendement de 8-1-1 à domicile et de 5-1-1 contre les équipes de la section Pacifique.

Les Predators ont dans le passé mis l'accent sur la défense, mais ils ont maintenant de solides marqueurs, si bien qu'ils sont deuxièmes de la ligue pour les buts à cinq contre cinq.

Leur différentiel buts pour et buts contre dans ce contexte est plus 19, comparativement à moins 21 pour l'ensemble de la saison dernière. Ils sont aussi le club le moins puni d'entre tous, avec une moyenne de seulement sept minutes par rencontre.

Embauché en mai, Laviolette est alors devenu le deuxième entraîneur de l'histoire de l'organisation, après Barry Trotz. Il a implanté un système où le défenseur et capitaine Shea Weber peut garder la rondelle en relance, en plus d'avoir assemblé un premier trio de grande qualité avec Neal, Forsberg et Ribeiro.

Et tout cela se reflète quand l'équipe est en déficit, car ses troupiers continuent de jouer avec beaucoup de confiance.

«Même si nous avons parfois deux buts de retard, ça ne semble pas trop ébranler les gars», a dit Laviolette.

Les Predators sont au coeur d'un séjour de quatre matches au Bridgestone Arena. Ils ont battu les Panthers et les Kings et se préparent à affronter les Oilers et les Blue Jackets, jeudi et samedi.

PLUS:pc