NOUVELLES

Oléoduc Énergie Est: TransCanada ne renouvellera pas son contrat avec Edelman

26/11/2014 02:05 EST | Actualisé 26/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Quelques jours après la controverse qui a entouré la fuite de documents étayant sa stratégie en vue de convaincre les gens de la pertinence de son projet d'oléoduc Énergie Est, TransCanada rompt ses liens avec la firme de relations publiques Edelman.

Dans un communiqué diffusé mercredi, Edelman précise que son contrat avec TransCanada devait de toute façon arriver à échéance à la fin du mois de décembre. La firme assumera tout de même la transition, puisque TransCanada choisira une autre boîte de relations publiques.

La fuite de la stratégie de communications de l'entreprise dans plusieurs médias avait causé un tollé, puisqu'elle élaborait sur les façons d'influencer l'opinion publique en faveur du projet allant jusqu'à la possibilité de payer des gens pour qu'ils se prononcent en faveur du projet dans les médias sociaux. Le plan prévoyait également le recours à des personnalités influentes des milieux politiques et économiques pour faire la promotion du projet d'oléoduc.

«Nous estimons que dans le contexte actuel, il n'est plus possible d'avoir les échanges respectueux que nous souhaitons avoir avec les Canadiens et les Québécois au sujet d'Énergie Est», a expliqué Tim Duboyce, porte-parole de TransCanada, dans un communiqué.

«Nous devons discuter de la pertinence du projet et répondre aux préoccupations légitimes quant à la protection des eaux et de la faune marine, plutôt que de débattre de la stratégie de communications», a ajouté M. Duboyce.

Dans son communiqué, Edelman mentionne que les deux entreprises se sont entendues «pour ne pas renouveler le contrat d'Edelman au-delà de son terme actuel».

La firme de relations publiques déplore le fait que «l'attention s'est détournée de la pertinence du projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada» à cause de ce débat sur sa stratégie de communications. Edelman affirme que «le débat à propos de notre travail est devenu si prédominant dans certaines régions qu'il commence à être impossible de mener une discussion honnête et ouverte à propos du projet» d'oléoduc. «Or, celui-ci est trop important. Une discussion intelligente et délibérative est plus que jamais nécessaire», écrit la firme de communications.

Elle ajoute que c'est «dans l'intérêt du projet» que les deux sociétés ont décidé de ne pas renouveler leur entente.

Le projet d'oléoduc vise à transporter le pétrole albertain vers les raffineries de l'est du pays. Le projet est dénoncé par de nombreux groupes écologistes et comités de citoyens, alors que d'autres y voient une occasion de développement économique régional. C'est d'ailleurs le groupe écologiste Greenpeace qui avait coulé le plan de communications aux médias.

M. Duboyce, quant à lui, estime que les reportages dans les médias «ont erronément laissé croire que les stratégies de communications étaient inacceptables».

PLUS:pc