NOUVELLES

Montréal: hausse de taxe foncière de 2,2 pour cent en 2015, en moyenne

26/11/2014 11:04 EST | Actualisé 26/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Le maire Denis Coderre a présenté mercredi un budget pour l'année 2015 où les contribuables montréalais devront subir une hausse de taxe foncière moyenne de 2,2 pour cent, et ce, malgré une baisse des dépenses de la Ville.

La hausse représente, pour une maison unifamiliale moyenne évaluée à 420 000 $, un montant additionnel de 77 $.

Le budget atteint près de 4,9 milliards $, une légère baisse de 0,3 pour cent par rapport à celui de l'an dernier attribuable, selon l'administration municipale, «aux importants efforts accomplis pour contrôler les dépenses», un accomplissement dont n'était pas peu fier le maire Coderre.

«C'est la première fois depuis la création de la nouvelle ville que Montréal présente un budget où les dépenses sont en baisse — et on me dit même avant ça — preuve de notre volonté de mettre fin à l'expansion sans limite des budgets municipaux qu'ont vécu les Montréalais durant trop d'années», a-t-il déclaré.

Le président du Comité exécutif, Pierre Desrochers, a renchéri en insistant sur la signification de cette réduction plutôt que son ampleur.

«Ça peut sembler peu, mais pour une organisation comme la Ville de Montréal, une telle baisse est un accomplissement énorme», a-t-il fait valoir.

Parmi les efforts consentis, le plan de réduction des effectifs, qui vise une diminution de personnel de 2200 personnes d'ici 2019, amorce cette compression avec une réduction de 410 postes à temps plein l'an prochain, alors que la rémunération globale des employés municipaux représente la moitié des dépenses de la Ville.

Rappelant que les effectifs s'étaient gonflés de 2400 employés depuis la création de la nouvelle ville en 2002 pour atteindre 22 420 personnes, le maire Coderre a cherché à lier la réduction à la prestation de services.

«Je suis certain que, si l'on demandait aux Montréalais s'ils ont noté une amélioration des services liés à ces 2400 embauches supplémentaires, la réponse serait négative», a-t-il soutenu.

Du côté de l'épineuse question des régimes de retraite, des économies de 53 millions $ sont attribuées à l'amélioration des rendements des marchés et, bien que l'on promette la poursuite des négociations avec les partenaires syndicaux, l'administration Coderre anticipe déjà une économie de près de 50 millions $ attribuable au projet de loi 3.

«Nous avons donné notre appui (au projet de loi 3) parce que nous sommes persuadés que la solution à l'enflure des coûts des régimes de retraite ne passe pas par la poche du contribuable», a insisté Denis Coderre, ajoutant que l'on ne pouvait asseoir la pérennité des régimes sur la seule amélioration des rendements boursiers.

«On ne peut pas dépendre seulement des fluctuations de la Bourse, ça ne marche pas comme ça. (...) Si, par exemple, vous avez un krach boursier, va-t-on continuellement dépendre des services financiers?» s'est-il interrogé, pendant que des dizaines d'employés municipaux manifestaient bruyamment à l'extérieur de l'hôtel de ville contre le projet de loi 3.

Le budget fait grand état du respect des limites imposées par le taux d'inflation avec une augmentation de la taxe foncière de 1,8 pour cent pour les immeubles résidentiels et de 2 pour cent pour les immeubles non résidentiels, mais la hausse moyenne réelle atteint plutôt 2,2 pour cent lorsqu'on y ajoute celles imposées par les arrondissements.

Il s'agit malgré tout d'une hausse moyenne totale plus modeste que celle de 2,8 pour cent en 2014.

Ce sont les contribuables du Plateau-Mont-Royal qui subissent, et de loin, la plus forte hausse, soit 4,5 pour cent, suivis de ceux du Sud-Ouest, à 4 pour cent. À l'opposé, les augmentations les plus faibles sont constatées dans les arrondissements de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies, soit respectivement de 0,5 et 0,6 pour cent.

PLUS:pc