POLITIQUE

Harcèlement sexuel à Ottawa: l'implication d'un tiers parti sérieusement envisagée

26/11/2014 03:30 EST | Actualisé 26/11/2014 03:30 EST
CP

Le NPD et le Parti libéral envisagent tous deux d'utiliser les services d'un expert indépendant, comme suggéré par le président de la Chambre des communes, dans le dossier des deux députées néodémocrates qui allèguent avoir été victimes de harcèlement. Deux députés libéraux ont été suspendus en lien avec ces allégations.

Mercredi, les chefs des deux partis ont brièvement fait part de leur opinion sur cette affaire, dans la foulée de l'entrevue donnée mardi à plusieurs médias, dont Radio-Canada, par une des deux victimes présumées.

À la sortie du caucus du NPD, son chef Thomas Mulcair, a indiqué que la whip néo-démocrate, Nycole Turmel, avait écrit au président de la Chambre des communes pour lui demander de préciser à quoi ressemblerait un processus indépendant.

M. Mulcair est aussi revenu sur la lettre qu'il a envoyée il y a deux semaines au premier ministre Stephen Harper et au chef libéral Justin Trudeau, dans laquelle il proposait une nouvelle approche concernant le harcèlement. Il y proposait notamment un nouveau code de conduite officiel et la nomination d'un agent du Parlement indépendant responsable d'examiner les incidents rapidement et de façon non partisane.

« Nous avons un plan très précis à proposer. Je réitère la demande que nous avons proposée »

— Thomas Mulcair

M. Mulcair a également dit que son premier souci avait été depuis le début de protéger la confidentialité de ses deux députées, comme elles l'avaient elles-mêmes demandé.

Il a expliqué la soudaine sortie de l'une d'elles par le fait que trop de rumeurs couraient à propos de cette affaire.

« Il y a toutes sortes de versions qui circulent. Elles ont été courageuses de parler. Elles ont donc dit : je vais reprendre le contrôle de l'histoire »

— Thomas Mulcair

Le chef néo-démocrate a toutefois dû avouer qu'il n'avait pas été informé des intentions de sa députée. Celle-ci a signalé sa première entrevue après coup à la direction du parti.

Entre les mains du président de la Chambre

Justin Trudeau a de son côté indiqué qu'il croyait que le président des Communes Andrew Sheer était « la personne toute désignée pour décider de ce qui va se passer ».

Selon lui, il faut procéder une étape à la fois.

« Le bureau du président doit mettre à la disposition des quatre individus un processus tiers parti indépendant. Et nous allons encourager tous les individus affectés à regarder ce processus. »

— Justin Trudeau

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter