NOUVELLES

Bell ne veut pas plus de réglementation pour les marchés des télécoms

26/11/2014 03:42 EST | Actualisé 26/01/2015 05:12 EST

GATINEAU, Qc - Le marché canadien de l'Internet est déjà fortement concurrentiel et il ne devrait pas être réglementé davantage, a affirmé mercredi un des plus gros joueurs de ce secteur.

Bell Canada (TSX:BCE) a indiqué au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qu'elle diminuerait ou interromprait son investissement dans la soi-disant technologie fibre-à-domicile si elle était forcée d'offrir un meilleur accès à ses réseaux aux plus petits concurrents.

Le CRTC procède actuellement à un examen visant à déterminer s'il devrait réglementer davantage les services filaires de télécommunications de gros afin de vivifier la concurrence.

Lors d'audiences qui se déroulent à Gatineau jusqu'au 4 décembre, Bell a indiqué qu'un accès plus libre à ses réseaux de fibre nuirait à la concurrence puisqu'il empêcherait Bell de continuer à investir dans des connexions plus rapides.

Le Canada compte plus de 500 fournisseurs de services internet, mais les cinq principaux groupes de télécommunications — Bell, Rogers, Vidéotron, Telus et Shaw — détiennent la vaste majorité de ce marché.

Certains des plus petits joueurs de ce secteur estiment que la situation actuelle devrait inquiéter les consommateurs.

PLUS:pc