POLITIQUE

Le gouvernement Couillard annonce des compressions de 2% dans la fonction publique (VIDÉO)

25/11/2014 02:19 EST | Actualisé 25/11/2014 03:03 EST

Le couperet du gouvernement libéral tombe de nouveau sur la fonction publique. Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor et député de Nelligan, a annoncé mardi que les ministères et organismes devront réduire d'au minimum 2 % leurs effectifs dès l'exercice 2015-2016.

Cette mesure équivaut à sabrer 1150 postes sur les quelque 60 000 que compte la fonction publique. De ce nombre, il y aura des départs à la retraite, a expliqué M. Coiteux.

« Les négociations vont se faire dans le cadre des paramètres qui sont les mêmes pour tous. Pour l'ensemble des québécois incluant les employés de l'État; j'ai déjà eu l'occasion d'en parler avec eux mais il y a une chose qui est absolument certaine, il est hors de question de reporter l'atteinte de l'équilibre budgétaire. Il est hors de question de retourner en déficit après avoir atteint l'équilibre budgétaire avec les efforts de tout le monde incluant, bien entendu, notre secteur public. »

— Martin Coiteux, président du Conseil du trésor du Québec et député libéral de Nelligan

« La pensée magique ne suffit plus », a affirmé le président du Conseil du Trésor, en rappelant que les intérêts sur la dette de la province s'élevaient à près de 11 milliards de dollars et que « cet argent ne s'en va pas dans les écoles ni dans les hôpitaux ».

Pour Martin Coiteux, il importe de réduire la taille de l'État, ce qui équivaut pour lui à rénover l'état québécois, « à rénover la maison ».

Fini les bonis

Parmi les autres mesures prises par le gouvernement du Québec il y a la suspension des bonis du personnel de direction et d'encadrement des ministères, des organismes gouvernements, des cabinets ministériels et des sociétés d'État.« Il nous serait difficile d'expliquer aux Québécois qu'alors que tout le monde doit faire sa part, on offre des bonis à la direction », a affirmé Martin Coiteux.

L'effort demandé aux ministères ne s'arrête pas là : chaque ministère devra faire le bilan de ses effectifs pour traquer les postes qui ne sont pas comblés. Après évaluation, des postes seront abolis. De plus, de nouvelles coupes sont à prévoir dans la foulée du budget. Il y aura aussi resserrement des dépenses en formation et dans les bugets de déplacement.

Par ailleurs, le gouvernement libéral s'attend à ce que les ministères réduisent de manière significative leur dépendance vis-à-vis des employés contractuels, dans le but de recourir davantage à leurs ressources à l'interne.

Les conventions collectives 2010-2015

En vertu des conventions collectives actuelles, le gouvernement doit majorer de 1 % la rémunération des employés de l'État au 31 mars 2015. Afin d'honorer cet engagement, le gouvernement tentera de dégager des économies de 689 millions de dollars.

En ce qui a trait au renouvellement éventuel des conventions collectives, les discussions devront aboutir de manièreà concilier les demandes des employés de l'État et le respect de lÉqulibre budgétaire du gouvernement.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard