NOUVELLES

Une minière belge est accusée d'évincements au Congo

24/11/2014 12:33 EST | Actualisé 24/01/2015 05:12 EST

KINSHASA, République Démocratique Du Congo - Une minière belge a détruit des centaines de maisons près d'une mine dans le sud-est du Congo et a menti à ce sujet pendant des années avec la complicité du gouvernement, affirme Amnesty International.

Les démolitions ont débuté en 2009 près d'une mine de cuivre et de cobalt de la province de Katanga, affirme l'organisation humanitaire. Elles ont été réalisées par Entreprise Générale Malta Forrest, une filiale de la firme belge Groupe Forrest International (GFI).

Le rapport d'Amnesty fait appel à des images satellitaires, des vidéos et des dossiers criminels.

«Il y a maintenant des preuves écrasantes et irréfutables qui démontrent que les évincements dont Groupe Forrest International nie l'existence depuis des années se sont réellement produits», a dit Audrey Gaughran, la directrice des affaires globales pour Amnesty.

Dans un communiqué émis en réaction au rapport d'Amnesty, GFI affirme que les évincements sont «regrettables et inadmissibles» mais qu'ils sont attribuables à la police et non à la compagnie.

«Ces accusations graves sont sans fondement et ne sont pas soutenues par les faits ni aujourd’hui, ni à l’époque où elles ont été formulées pour la première fois. Le Groupe Forrest les réfute complètement, poursuit le communiqué. Ses filiales et ses employés agissent toujours de manière éthique et responsable.»

L'opération policière visait officiellement à déloger des mineurs artisanaux qui volaient les ressources de la mine, mais Amnesty affirme que les preuves démontrent que des centaines de personnes — dont des résidants de longue date — ont été chassés.

Le gouvernement congolais s'est étonné des conclusions du rapport et a demandé à Amnesty de laisser la justice suivre son cours.

Le document souligne toutefois que même si un enquêteur s'est penché sur les démolitions, des responsables provinciaux et à Kinshasa ont ordonné qu'aucune accusation ne soit déposée.

PLUS:pc