NOUVELLES

Un Néo-Écossais condamné à la prison à vie obtient une libération conditionnelle

24/11/2014 03:16 EST | Actualisé 24/01/2015 05:12 EST

HALIFAX - Un Néo-Écossais, qui a vraisemblablement été victime d'une erreur judiciaire au moment où il a été condamné à l'emprisonnement à perpétuité, a obtenu une libération conditionnelle.

Glen Eugene Assoun avait été reconnu coupable par un jury de meurtre sans préméditation et avait écopé d'une peine de prison à vie en septembre 1999 à la suite de l'assassinat de son amie de coeur, Brenda Lee Anne Way.

Dernièrement, le ministère fédéral de la Justice a indiqué qu'une évaluation préliminaire de son dossier a démontré qu'il pourrait y avoir eu une erreur judiciaire et une enquête plus approfondie a donc été lancée.

Le juge James Chipman de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a déterminé, lundi, que l'homme ne représente pas un danger pour lui-même ou pour les autres et qu'il peut donc être remis en liberté sous certaines conditions, incluant l'obligation de rester avec sa famille et un engagement à porter un dispositif électronique permettant aux autorités de surveiller ses allées et venues.

Le magistrat a également statué qu'il faut que Glen Eugene Assoun renonce à son passeport, qu'il rencontre un agent de libération conditionnelle et qu'il rapporte toute éventuelle relation intime avec une femme.

Le corps partiellement habillé de Brenda Lee Anne Way avait été découvert derrière un édifice à logements de la région d'Halifax le 12 novembre 1995.

La jeune femme de 28 ans avait été poignardée à six reprises et elle avait la gorge tranchée.

PLUS:pc