NOUVELLES

Un attentat perpétré en Afghanistan a coûté la vie à au moins 50 personnes

24/11/2014 07:39 EST | Actualisé 24/01/2015 05:12 EST

KABOUL - Le bilan de la pire attaque perpétrée cette année par des insurgés afghans s'établit maintenant à au moins 50 morts et 63 blessés.

On compte plusieurs enfants parmi les victimes, ont indiqué des responsables, et l'OTAN a annoncé que deux de ses soldats ont été tués lors d'une attaque différente.

Un porte-parole de la police de Kaboul a révélé qu'une bombe attachée à une bicyclette a explosé au passage d'un convoi militaire étranger dans la partie orientale de la capitale afghane, un peu après 9 h lundi. Un civil afghan a aussi été blessé.

L'attaque de dimanche s'est produite dans la province de Paktika, dans l'est du pays et le long de la frontière avec le Pakistan, et visait la police locale. Quarante-deux personnes ont été tuées sur le coup quand un bombe a explosé pendant la finale d'un tournoi de volleyball qui avait attiré une foule énorme.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a précisé qu'on compte dix policiers parmi les victimes, dont un commandant. Cinquante-trois blessés ont été transportés par hélicoptère vers Kaboul, pendant la nuit, pour y être soignés. On retrouve parmi les blessés 17 enfants âgés entre 8 et 14 ans.

Des témoins rapportent qu'un kamikaze a apparemment serré la main du commandant de la police avant de se donner la mort en criant «Allahu Akbar!» (Dieu est grand).

Le bain de sang est survenu à peine quelques heures après la décision du Parlement d'autoriser des troupes des États-Unis et de l'OTAN de demeurer en sol afghan à la fin de 2014.

Naseeb Ahmad, un médecin travaillant dans un hôpital situé dans la capitale provinciale, a indiqué que son établissement a accueilli environ 80 blessés et qu'une vingtaine d'entre eux sont des enfants.

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué et aucun porte-parole des talibans n'a pu être joint pour commenter ce qui venait de se produire.

Le climat politique dans la province de Paktika est particulièrement instable. Les talibans et des groupes affiliés, comme le réseau Haqqani, y mènent une lutte acharnée au gouvernement basé à Kaboul.

PLUS:pc