NOUVELLES

Nouveau pont Champlain: Hydro-Québec déplacera des pylônes de la ligne 315 kV Hertel-Viger

24/11/2014 10:05 EST | Actualisé 24/11/2014 10:05 EST

Dès janvier prochain, Hydro-Québec débutera des travaux pour déplacer la ligne 315 kV Hertel-Viger qui longe l’autoroute 10, près de l’actuel pont Champlain. Le coût des travaux est estimé à environ 25 M$ et sera partagé entre la société d’État et Infrastructures Canada.

La conception et l’emplacement du nouveau tronçon de la ligne électrique, qui alimente en bonne partie le centre-ville de Montréal, permettront de dégager l’espace requis par la machinerie qui sera utilisée pour la construction du nouveau pont. Selon Hélène Perrault, porte-parole d’Hydro-Québec, les travaux de 2 km s’échelonneront jusqu’en juillet 2015 et le démantèlement de la ligne actuelle prendra fin en septembre de la même année.

Compte tenu de l’importance du tronçon de la ligne 315 kV Hertel-Viger, Mme Perrault avance aussi qu’un effort de coordination sera d’ailleurs mis de l’avant par la société d’État pour entrer dans les délais pour le moins serrés.

pylones hydro quebec

«Le déplacement d’un tronçon de la ligne représente un défi en termes de coordination et de réalisation des travaux, de sorte qu’en aucun cas l’alimentation électrique de nos clients ne sera interrompue, dit Hélène Perrault. Il y aura toute une question de logistique et de gestion, car il faudra, à certains moments précis, placer des portions de ligne hors-tension.»

Des entraves «occasionnelles et ponctuelles»

Il est encore trop tôt pour évaluer le nombre d’employés qui seront affectés à ces travaux, Hydro-Québec est actuellement en appel d’offres pour choisir l’entrepreneur responsable des travaux civils. Le contrat doit être octroyé d’ici les Fêtes. De plus, un deuxième appel d’offres, qui sera lancé au printemps 2015, est prévu pour le démontage des pylônes et le déroulage des câbles.

Un travail de coordination a également été effectué avec le ministère des Transports du Québec (MTQ) et la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc. (PJCCI) afin de minimiser les entraves routières. Selon Hélène Perrault, des entraves «occasionnelles et ponctuelles, en grande majorité de nuit», sont d’ailleurs prévues à compter du mois de mai 2015.

«L’idée est que la traversée des routes ou des bretelles, au moment où nous déroulerons les câbles électriques, se fasse de manière sécuritaire, ajoute-t-elle. Nous installerons des portiques qui nous permettront de passer d’un côté à l’autre de l’autoroute pour soutenir le câble. Ces travaux vont durer jusqu’en juillet.»

La localisation des pylônes: un casse-tête

Les travaux s’annoncent être un véritable casse-tête pour Hydro-Québec. «Nous avons reçu le mandat d’Infrastructures Canada de regarder toutes les questions de contraintes, des délais, de l’espace à libérer, de la planification par rapport à la structure actuelle et de la localisation du nouveau pont. Il existe plusieurs réaménagements envisagés dans le cadre du projet, ajoute Mme Perrault. Nous avons travaillé à partir des différents intrants pour définir la meilleure localisation des futurs pylônes.»

Le nouveau tronçon sera situé près de la voie de service de l’autoroute 10, à 70 mètres au nord de la ligne actuelle. Au total, six supports seront démantelés (cinq pylônes tubulaires et un pylône à treillis). De plus, huit nouveaux pylônes tubulaires seront construits, dont quatre pylônes tubulaires doubles.

pylones tubulaires

Images: Hydro-Québec

La hauteur des nouveaux pylônes variera entre 40 et 57 mètres, sauf pour les pylônes de traversée du canal de la Rive Sud, qui seront plus élevés. En aucun cas, assure la porte-parole d’Hydro-Québec, les travailleurs auront à travailler dans l’eau.

«Le fait que nous déplaçons la ligne plus au nord de la ligne actuelle fait en sorte qu’il n’y a pas de structures dans l’eau, indique-t-elle. Il y a plutôt une longue portée entre le N39 et l’Île de la Couvée, qui nous permettra de ne pas avoir à intervenir dans l’eau. Du côté de l’Île, un emplacement reconnu pour être un refuge d’oiseaux migrateurs, nous avons conjointement travaillé avec Environnement Canada afin de nous garnir des accès, des méthodes de construction et de l’entreposage du matériel qui nous sera nécessaire.»

Peu d’impacts pour Infrastructures Canada

Du côté d’Infrastructures Canada, le directeur principal du nouveau pont, Vincent Jarry, soutient que les travaux qui seront effectués par Hydro-Québec ne consistent pas en un ajout significatif aux impacts qui ont été identifiés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la construction du nouveau pont.

«Nous avons de nombreuses rencontres avec nos partenaires, Hydro-Québec notamment, afin de convenir d’une date de réalisation d’un protocole de travail de façon à remplacer les pylônes de manière optimale, explique M. Jarry. Cela s’est fait rondement dans les derniers mois. Hydro-Québec est maintenant en mesure d’aller de l’avant avec son projet et, du coup, de rendre accessible le territoire dont nous aurons besoin pour construire le nouveau pont.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le futur pont Champlain