NOUVELLES

Le monde du hockey se rappelle les grandes contributions de Pat Quinn

24/11/2014 07:04 EST | Actualisé 24/01/2015 05:12 EST

VANCOUVER - Avec les Jets en avance après 40 minutes peu inspirées de Vancouver, Pat Quinn voulait un meilleur effort de ses Canucks, et il savait comment l'obtenir.

«(Quinn) commençait toujours en parlant doucement, et ensuite ça bardait, s'est rappelé Kirk McLean, un ancien gardien des Canucks. Au vieux Winnipeg Arena, le Gadorade était au milieu du vestiaire. Il a envoyé une gourde valser jusqu'au bout de la table avec un coup de l'avant-bras, puis il est parti. Je peux vous dire que nous nous sommes réveillés et que nous avons gagné le match.»

Quinn, qui aura été joueur, entraîneur et membre de la direction dans la LNH, est décédé dimanche soir à l'âge de 71 ans, des suites d'une longue maladie.

Lundi, le monde du hockey se remémorait une personnalité plus grande que nature et l'impact qu'il a eu sur le sport.

«Il avait une telle présence qu'il était intimidant. Tout s'arrêtait quand il entrait dans le vestiaire, a dit Trevor Linden, qui a été le capitaine des Canucks sous les ordres de Quinn, et qui est maintenant le président des opérations hockey de l'équipe. Il n'avait pas son égal pour livrer un message. Il respectait ses joueurs et ça lui était rendu en double, avec une certaine crainte du personnage.»

Linden a ajouté que même si Quinn pouvait parfois être très direct, il était toujours équitable.

«Il avait vraiment ses joueurs à coeur, il les aimait, a t-il dit. Ça se voyait, même si sa carapace était coriace.»

Quinn a dirigé cinq formations en 20 ans derrière les bancs, mais c'est à Vancouver qu'il a le plus laissé sa marque, guidant les Canucks à la finale de la coupe Stanley en 1994. Les Rangers ont prévalu en sept matches, mais cette époque en reste une glorieuse pour l'organisation de la côte Ouest.

La saison dernière, les Canucks l'ont ajouté à leur cercle d'honneur au Rogers Arena. Remercié par Vancouver en 1997, il a ensuite été l'entraîneur et le d.g. des Maple Leafs de Toronto, notamment.

Le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, a dit de Quinn qu'il a eu un profond impact sur le programme olympique du Canada.

«Il a été un géant comme entraîneur de hockey et un meneur exceptionnel dans le mouvement olympique canadien, a confié Aubut. Ses contributions comme joueur, entraîneur et bâtisseur ne seront jamais oubliées. À travers son travail, il a laissé un héritage qui a inspiré les futures générations de hockeyeurs.»

PLUS:pc