NOUVELLES

La Chine a retardé l'annonce de la suspension pour dopage de Sun Yang

24/11/2014 11:29 EST | Actualisé 24/01/2015 05:12 EST

PÉKIN, Chine - Le nageur Sun Yang, champion olympique et mondial, a purgé une suspension de trois mois pour dopage plus tôt cette année. Cette annonce de l'Agence antidopage chinoise, lundi, soulève des questions à savoir pourquoi ce test positif a été gardé secret si longtemps.

Sun a échoué un test de dépistage à un stimulant interdit — la trimétazidine — le 17 mai lors des championnats nationaux de natation de Chine à Hangzhou.

La suspension est entrée en vigueur immédiatement et s'est terminée le 17 août, avant la participation de Sun aux Jeux asiatiques à Incheon, en Corée du Sud, en septembre où il a remporté trois médailles d'or.

Malgré les critiques émises sur les médias sociaux, l'agence antidopage a défendu ce délai dans l'annonce du test positif et de la saction de Sun, âgé de 22 ans, en expliquant que c'était uniquement en raison du nombre de cas en suspens.

Le directeur de l'agence, Zhao Jian, a mentionné à l'Associated Press que la suspension a été annoncée dans le cadre de la publication périodique des résultats des tests et des mesures disciplinaires. Il a ajouté que l'équipe de soutien et le médecin de l'équipe de Sun ont également écopé de sanctions, qui n'ont toutefois pas été révélées.

La suspension du Sun a également été annoncée, lundi, sur le site internet de la Fédération internationale de natation (FINA). Elle a précisé que la Fédération chinoise de natation a imposé une suspension d'un an au médecin de Sun, Ba Zhen.

Sun a remporté les 400 et 1500 mètres style libre aux Jeux olympiques de Londres et il a également raflé cinq médailles d'or aux championnats du monde. Il a gagné l'or au 400m, 1500m et au relais 4 x 100m aux Jeux asiatiques.

Zhou a précisé que le statut de Sun à titre d'athlète de renommée mondiale a incité les autorités à traiter son cas avec la plus grande prudence pour éviter toute erreur.

«C'est une immense mauvaise nouvelle, mais nous n'allons pas la couvrir, a confié Zhao, dans des commentaires rapportés par l'agence officielle de nouvelles Xinhua. Nous rapportons habituellement les violations à chaque trimestre ou deux fois par trimestre et nous devons attendre jusqu'à la conclusion de l'affaire.»

La nécessité de traiter près de 10 000 tests au cours de la période de six mois a également ralenti le processus, a dit Zhao.

Zhao a ajouté que Sun avait renoncé à son droit de demander la contre-expertise de l'échantillon «B», mais s'est défendu lors d'une comparution en juillet en prétendant que ce test positif a été provoqué par un ingrédient dans la médication qu'il prenait pour un problème cardiaque et qu'il ignorait qu'il figurait sur la liste des produits interdits. En vertu des règlements de l'Agence mondiale antidopage, un athlète peut obtenir une exemption thérapeutique si une substance est nécessaire pour des raisons médicales et si elle est déclarée à l'avance aux autorités.

Dans un communiqué, Sun a dit qu'il acceptait la décision de l'agence antidopage et il a promis de procéder à «une profonde réflexion.»

«Quelle qu'en soit la cause, en tant qu'athlète, je dois prendre la responsabilité de tout ce qui entre dans mon corps», a confié Sun dans le communiqué publié sur son compte vérifié sur le service chinois de microblogage Weibo.

PLUS:pc