NOUVELLES

Collision mortelle : des procureurs indépendants feront une enquête complémentaire (VIDÉO)

24/11/2014 01:44 EST | Actualisé 24/11/2014 10:00 EST

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée a annoncé que des procureurs indépendants se pencheront sur la preuve dans l'accident ayant causé la mort d'un enfant à Longueuil en février dernier. Le DPCP a par ailleurs annoncé plus tôt avoir demandé à l'enquêteur au dossier de rencontrer à nouveau un témoin qui a remis en question, dans les médias, l'interprétation faite vendredi par le DPCP de son témoignage.

« Considérant que la preuve doit être évaluée de nouveau et afin de préserver la crédibilité et l'indépendance du DPCP, j'ai demandé à la directrice de confier à des procureurs indépendants l'évaluation du dossier. »

— Stéphanie Vallée, ministre de la Justice

Les procureurs auront également à formuler des recommandations, qui seront rendues publiques, a ajouté Mme Vallée. La ministre affirme avoir par ailleurs demandé à son équipe de lui « suggérer les modifications législatives afin de préciser dans quelles circonstances le procureur général doit intervenir. »

La décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de ne pas entamer de poursuites contre le policier responsable de la mort du bambin avait soulevé d'importantes critiques des partis d'opposition mais aussi au sein d'une partie de la population.

Madeleine Noiseux, témoin oculaireMadeleine Noiseux, témoin oculaire Photo : Radio-Canada

Invité en point de presse, vendredi, à expliquer pourquoi aucune accusation n'allait être portée contre le policier, le porte-parole du DPCP, Me René Verret, avait laissé entendre que le père de l'enfant tué lors de cette collision pourrait avoir été responsable de l'accident et évoqué à ce propos le témoignage de Madeleine Noiseux.

Dans les médias lundi, Mme Noiseux s'est dit catastrophée de voir qu'elle a pu semer le doute sur les risques qu'aurait pris le père du petit garçon en effectuant son virage à gauche. Pour elle, c'est le policier qui conduisait dangereusement.

Madeleine Noiseux, qui attendait l'autobus lorsque l'accident est survenu sous ses yeux, affirme que c'est le policier qui conduisait vite. « Il avait le droit de tourner, le père », raconte-t-elle.

« Ça allait tellement vite que le père n'a sûrement pas réalisé le temps que ça pourrait lui prendre pour tourner. »

— Madeleine Noiseux

Le policier en mission de filature circulait dans une zone résidentielle à bord d'une voiture banalisée de la Sûreté du Québec lorsqu'il est entré en collision avec une autre voiture où se trouvaient un enfant, une adolescente et leur père.

Le bambin avait été gravement blessé lors de la collision, tout comme sa sœur de 14 ans et son père, qui se rendait à l'école pour y déposer ses enfants. Le garçon a succombé à ses blessures cinq jours plus tard à l'hôpital.

Le DPCP a été critiqué après sa sortie vendredi dernier. Certains éléments de ces explications avaient soulevé de vives interrogations, notamment le fait que les procureurs n'étaient pas au courant et, donc, n'avaient jamais tenu compte du fait que le policier tentait de suivre un homme politique et qu'il n'y avait aucun danger de mort dans ce dossier.

Le DPCP avait affirmé qu'un policier peut dépasser les limites de vitesse dans des opérations d'importance et que son véhicule, même s'il n'est aucunement reconnaissable comme tel par les autres automobilistes, peut être assimilé à un véhicule d'urgence. Cette déclaration en avait aussi laissé plusieurs perplexes.

Puis, lundi, le DPCP a a annoncé qu'il demandait à l'enquêteur au dossier de rencontrer à nouveau Mme. Noiseux. Cette décision est prise « à la lumière des informations diffusées ce matin dans différents médias ». « Le cas échéant, les autres démarches d'enquête appropriées » seront entreprises, ajoute le DPCP.

Une intervention qui est plus que nécessaire, selon le PQ

Alexandre Cloutier, porte-parole de l'opposition officielle en matière de Justice, a réagi pratiquement au même moment où la ministre de la Justice tenait son point de presse. Il a insisté sur la nécessité pour la ministre d'intervenir et de réclamer des procureurs indépendants pour réévaluer la preuve « de A à Z ».

Pour Alexandre Cloutier, cette affaire a été caractérisée par « des comédies d'erreurs », qui se sont succédé depuis le début.

La ministre « aurait dû déjà intervenir pour que ce ne soit pas aux parents à se battre avec le système », a-t-il ajouté.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter