NOUVELLES

Rapport Robillard : «des fermes vont disparaître», estime l'Union des producteurs agricoles

23/11/2014 05:25 EST | Actualisé 23/11/2014 05:36 EST

Le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) au Bas-Saint-Laurent, Gilbert Marquis, voit d'une très mauvais œil la proposition de la Commission de révision permanente des programmes de transformer le Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles en un véritable programme d'assurance.

Les assurés assumeraient alors la totalité de la prime de risque.

« Ça va être encore des fermes qui vont disparaître. Je trouve ça aberrant de voir qu'on avait ces programmes-là, puis on veut les maintenir en place. Nous autre on travaille pour les maintenir en place pour nos producteurs, améliorer le sort de nos producteurs une fois pour toute. Puis le gouvernement pense à les éliminer », affirme M. Gilbert.

Pour permettre à Québec d'aller chercher plus de 2 milliards de dollars par année, la Commission de révision permanente des programmes recommande de couper entre autres dans l'aide aux municipalités et aux agriculteurs.

Des risques « trop grands »

« Les risques en agriculture sont trop grands pour qu'un assureur privé offre un produit qui serait abordable », tranche le président de l'UPA du Québec, Marcel Groleau.

« Dans l'assurance automobile par exemple, le risque est réparti sur tellement d'utilisateurs, que le privé peut offrir un produit intéressant, mais en agriculture les risques sont trop élevés », fait-il valoir.

« Les primes seraient tellement dispendieuses que personne ne pourrait s'assurer »

— Marcel Groleau, président de l'UPA du Québec

Les compressions du gouvernement Couillard