NOUVELLES

Obama fait des heureux sur l'immigration, mais compte ses détracteurs

21/11/2014 09:24 EST | Actualisé 21/01/2015 05:12 EST

LAS VEGAS, États-Unis - Dallamy Santos peut témoigner de la douleur de voir sa famille séparée en raison des règlements en immigration. Il y a quelques années, l'employée du casino de Las Vegas a dû laisser partir son époux au Mexique indéfiniment et rester seule chez elle, avec son fils de trois ans.

Lorsqu'elle a entendu que le président Barack Obama allait permettre à des millions d'immigrants illégaux d'éviter la déportation, elle a pensé à toutes les familles déchirées qu'elle a connues.

«Je sautais et je criais (...) Plusieurs familles n'auront pas à affronter ce que j'ai dû subir», a raconté la mère de famille de 35 ans.

Mme Santos faisait partie des centaines de personnes qui ont assisté au discours du président Obama, qui a discuté de ses nouvelles mesures, à l'école secondaire Del Sol, à Las Vegas, vendredi. M. Obama avait visité le même établissement il y a deux ans pour dévoiler sa première réforme du système d'immigration, qui avait finalement été rejetée par la Chambre des représentants.

En vertu de la nouvelle politique d'immigration décrétée par le président, des milliers d'immigrants illégaux éviteront la déportation et obtiendront des permis de travail. La mesure couvrirait les parents de citoyens américains et de résidants légaux en autant que les parents résident aux États-Unis depuis au moins cinq ans.

Barack Obama s'est fait apostropher par quelqu'un pendant son discours, qui lui demandait pourquoi sa mère n'était pas admissible au programme.

«Ce n'est pas tout le monde qui y aura droit (...) C'est vrai. Mais je vous ai entendu et nous avons encore à adopter une loi», a concédé le président.

M. Obama a martelé qu'il serait impossible de déporter les quelque 11 millions d'immigrants illégaux au pays. De plus, ces déportations entreraient en contradiction avec les valeurs favorables à l'immigration que le pays a toujours eues, selon lui.

Il a réitéré que ses pouvoirs discrétionnaires étaient limités et que le Congrès devrait adopter une loi bientôt pour adopter des réformes qui permettraient, entre autres, d'accorder éventuellement la citoyenneté à des immigrants illégaux. La foule a répondu en scandant «Adoptez une loi!».

L'événement a par ailleurs attiré plusieurs dizaines de manifestants qui arboraient des pancartes affichant des messages tels que «Déportez Obama» ou «Évincez Obama».

Stasyi Barth, de Murrieta, en Californie, a déploré que le pays accepte de nouveaux arrivants alors que le taux de chômage demeure élevé et que les écoles sont bondées, selon elle.

«Je veux comprendre pourquoi des gens qui sont arrivés ici illégalement sont plus importants que les autres qui sont ici. Tout le monde a ses difficultés. Il y a une voie légale pour cela. Pourquoi sont-ils récompensés?», a-t-elle regretté.

PLUS:pc