NOUVELLES

L'ONÉ pourrait prolonger l'évaluation des projets d'oléoduc si nécessaire

21/11/2014 03:35 EST | Actualisé 21/01/2015 05:12 EST

CALGARY - Le nouveau président de l'Office national de l'énergie (ONÉ) n'hésiterait pas à prolonger l'étude des projets d'oléoduc s'il juge qu'il faut plus de temps pour évaluer les informations relatives à ces projets.

Peter Watson a indiqué vendredi devant des gens d'affaires de Calgary que son organisation, peu connue auparavant, était actuellement dans l'«œil de la tempête», à un moment où la sécurité des oléoducs suscite plusieurs inquiétudes dans la population.

L'année dernière, l'ONÉ a répondu à 600 demandes de renseignement des médias. En 2008, seulement 80 requêtes avaient été formulées.

M. Watson, qui occupe ce poste depuis trois mois, a aussi répondu à ses critiques, qui lui demandent d'étudier les effets de la construction des oléoducs sur la croissance de l'industrie des sables bitumineux et, surtout, les conséquences de tels projets sur les changements climatiques.

Selon lui, il n'incombe pas à l'ONÉ de mener un référendum sur l'exploitation des combustibles fossiles au pays. Il a ajouté qu'il appartenait aux provinces de réglementer l'exploitation des sables bitumineux, de leur extraction à leur utilisation finale.

PLUS:pc