POLITIQUE

Réforme du réseau de la santé: Gaétan Barrette évoque le bâillon

20/11/2014 04:18 EST | Actualisé 20/01/2015 05:12 EST
PC

QUÉBEC - Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a évoqué la possibilité d'un recours à la procédure du bâillon, jeudi, à la lumière d'objections soulevées par le Parti québécois concernant sa réforme du réseau de la santé.

M. Barrette a affirmé que les péquistes ont adopté une position irresponsable en s'opposant au projet de loi 10, qui abolirait les agences de la santé et les conseils d'administration des établissements du réseau.

«On n'attend même pas qu'on ait déposé nos amendements et on annonce déjà qu'on va bloquer le projet de loi, je considère ça complètement irresponsable», a-t-il dit à la presse parlementaire.

Dans une lettre ouverte, publiée jeudi, la députée péquiste Diane Lamarre affirme que la réforme donnerait trop de pouvoir au ministre sans améliorer l'accès des patients aux services. Selon Mme Lamarre, la réforme de M. Barrette éloignera les orientations du réseau de la santé des besoins réels des patients.

Après avoir lu la lettre de Mme Lamarre, M. Barrette a estimé que l'opposition du PQ pourrait nécessiter un recours au processus du bâillon, une procédure législative d'exception qui permet au gouvernement d'accélérer l'adoption du projet de loi.

«C'est certainement possible, a-t-il dit. Le Parti québécois nous dit maintenant qu'il va tout faire pour empêcher l'adoption du projet de loi.»

Le leader parlementaire du gouvernement Jean-Marc Fournier a toutefois tempéré par la suite les déclarations de M. Barrette concernant le recours au bâillon.

«Je n'ai pas l'intention de faire un bâillon», a-t-il dit.

Selon M. Fournier, les propos de M. Barrette ne signifient pas que le gouvernement envisage cette procédure d'exception.

«Vous avez peut-être compris ça, mais je crois que ce qu'il voulait dire, c'est que ce n'est pas normal qu'il y ait du blocage et il espère qu'il y ait un déblocage, a-t-il dit aux journalistes. Je pense que le PQ va comprendre qu'il faut travailler positivement.»

Par la suite, Mme Lamarre a affirmé que le PQ demeure toutefois prêt à collaborer au processus législatif du projet de loi 10, qui a fait l'objet d'un débat sur l'adoption de son principe, jeudi, étape qui précède la discussion d'amendements.

Durant le débat sur l'adoption du principe du projet de loi 10, la leader péquiste Agnès Maltais a estimé que M. Barrette a tiré des conclusions hâtives de la position des péquistes.

«Une simple critique devient de l'obstruction, a-t-elle dit. Je pense qu'un petit cours de parlementarisme 101 serait intéressant pour le ministre de la Santé et des Services sociaux; et qu'il comprenne que, dans le mot 'parlement', il y a 'parler'. On est supposé se parler.»

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard