NOUVELLES

Pierre Karl Péladeau doute de l'impartialité de la Fédération professionnelle des journalistes

20/11/2014 10:19 EST | Actualisé 20/11/2014 10:19 EST
CP

Après avoir dénoncé sur toutes les tribunes le «harcèlement» dont il est l'objet, en tant que politicien, voilà que Pierre Karl Péladeau se questionne sur l'impartialité de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) par le biais de Facebook.

Alors que nous voyons son président se prononcer sur des éléments importants de la profession, est-ce que c'est parce que Gesca commandite son congrès que la FPJQ est plus que silencieuse pour protéger la liberté de presse et d'opinion quand il s'agit de l'empire Power Corporation ?

Son commentaire accompagne la lettre ouverte de Pierre Allard, ex-éditorialiste du Droit, qui critique le manque de militantisme des journalistes à une époque où le métier est en pleine transformation et où les coupures sont devenues la norme.

La lettre ne fait aucune mention de la FPJQ, dont le congrès a eu lieu la fin de semaine dernière. Parmi les commanditaires, on retrouve Gesca, mais aussi Radio-Canada, Bell Média et Sélection Reader's Digest. Le journal du congrès a quant a lui été publié par le Journal de Montréal.

LIRE AUSSI: Lettre amicale à M. Pierre-Karl Péladeau - Pierre Craig

La FPJQ réplique

Le président de la FPJQ, Pierre Craig, a répliqué aux propos tenus par PKP en début d'après-midi. Dans un communiqué de presse, il soutient que la FPJQ ne se sent pas attaché par la contribution de Gesca - 7 500$ sur un budget approchant les 400 000$ - et invite le député à relire les déclarations de la FPJQ concernant les frères Desmarais.

«L’apparente insensibilité de ces deux grands propriétaires de journaux aux besoins en information des citoyens de ces régions a de quoi étonner», écrit-il dans son billet L'information n'est pas une marchandise.

«Si André Desmarais, grand patron de La Presse et de six autres quotidiens majeurs de la province, s'était porté candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec, le PQ aurait dénoncé, avec raison, ce conflit d'intérêts», peut-on lire dans son texte intitulé L'affaire PKP dérape.

Pierre Craig avait également dénoncé les agissements du Parti québécois, qui tente de dissimuler le conflit d'intérêts de l'actionnaire majoritaire de Québecor, en contrôle de 40% de l'information au Québec.

Rappel de l'affaire Pierre Allard

Dans un billet publié le 19 mai dernier sur son blogue personnel, Pierre Allard avait remis en question le passage au numérique annoncé par les frères Desmarais quelques jours plus tôt. Il avait été renvoyé peu de temps après.

La FPJQ-Outaouais avait ensuite réagi par voie de communiqué, déclarant que la punition lui semblait sévère et avait demandé au Droit de clarifier sa politique concernant les blogues des employés.

LIRE AUSSI: Un éditorialiste du journal «Le Droit» remercié après avoir remis le modèle de Gesca en question

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?