NOUVELLES

L'or et l'énergie aident la Bourse de Toronto à clôturer en hausse

20/11/2014 04:40 EST | Actualisé 20/01/2015 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, jeudi, malgré la publication de données témoignant d'un déclin de l'activité économique en Chine et en Europe, pendant qu'un autre rapport soulignait le rôle de pilier que jouent les États-Unis pour l'économie mondiale.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 95,03 points pour terminer la séance avec 15 075,18 points, après que des données eurent suggéré que l'Europe puisse retomber en récession et que l'activité manufacturière chinoise a reculé à un creux de six mois en novembre.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,35 cent US à 88,45 cents US. Le huard a été encouragé par la hausse des ventes des grossistes en septembre à 54 milliards $, ce qui représente un gain de 1,8 pour cent par rapport à celles de septembre, a indiqué Statistique Canada. Les économistes attendaient une augmentation de 0,8 pour cent.

Les principaux indices boursiers américains ont progressé après que l'indice de la Fed de Philadelphie sur l'activité manufacturière dans le nord-est des États-Unis eut bondi à 40,8 points en novembre, par rapport à 20,7 points en octobre. Les économistes s'attendaient généralement à un indice de 18,5 points.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 33,27 points à 17 719 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a gagné 4,03 points à 2052,75 points et que l'indice composé du Nasdaq a progressé de 26,16 points à 4701,87 points.

De son côté, la firme d'information financière Markit a indiqué que son indice des gestionnaires en approvisionnement pour la zone euro avait reculé à un creux de 16 mois de 51,4 points en novembre, alors qu'il s'était établi à 52,1 points en octobre. Même si une lecture supérieure à 50 points témoigne d'une expansion de l'activité, le résultat fait craindre à certains observateurs la venue prochaine d'une récession.

Par ailleurs, l'indice HSBC des gestionnaires en approvisionnement de la Chine a reculé à 50 points en novembre, contre 50,4 points en octobre, ce qui souligne la stagnation de la deuxième plus grande économie du monde.

Plusieurs autres indicateurs récents permettent de croire que l'économie chinoise éprouve des difficultés. Sa croissance n'a été que de 7,3 pour cent au troisième trimestre, soit la plus lente en cinq ans.

Le parquet torontois doit la plus grande partie de sa croissance de jeudi au secteur de l'énergie, qui a progressé de 2,75 pour cent pendant que le baril de pétrole brut prenait 1 $ US à 75,58 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur aurifère a avancé de 2,78 pour cent, même si le prix du lingot d'or a effacé 3 $ US à 1190,90 $ US l'once à New York.

Ces deux secteurs ont accumulé des déclins prononcés cet automne, avec la chute du prix du pétrole et de l'or.

Si peu d'observateurs croient que le cours de l'or va remonter de sitôt, ils sont plus nombreux à juger que les données économiques fondamentales soutiendraient une remontée du cours du pétrole brut.

Le secteur des mines et minerais diversifiés a gagné jeudi 1,2 pour cent, même si le cours du cuivre a perdu 2 cents US à 3,03 $ US la livre à New York.

Le groupe des télécommunications a affiché le plus important recul, soit 1,5 pour cent.

PLUS:pc