NOUVELLES

La FIFA se penchera sur les allégations de corruption de Michael Garcia

20/11/2014 05:15 EST | Actualisé 20/01/2015 05:12 EST

GENÈVE - La FIFA va porter une attention particulière sur l'enquête portant sur la corruption qui a éclaboussé les Coupes du monde de 2018 et 2022, ce qui remet en doute le statut de la Russie et du Qatar, les pays-hôtes.

Le directeur du comité d'éthique de la FIFA examinera un document confidentiel de 430 pages présenté par le procureur américain Michael Garcia relativement aux ratés du processus de dépôt des candidatures, relançant ainsi une enquête qui semblait s'être terminée la semaine dernière.

Domenico Scala, un homme d'affaires suisse qui est également le président de ce comité de révision, déterminera ensuite s'il doit présenter des preuves supplémentaires au comité exécutif de la FIFA.

La décision de présenter les documents à Scala a été prise une semaine après que le commissaire à l'éthique de la FIFA, Joachim Eckert, eut déterminé que l'enquête contre la Russie et le Qatar était terminée.

Quelques heures après la diffusion de la décision du commissaire allemand, Garcia a déposé un appel devant la FIFA, estimant que «des preuves matérielles incomplètes et des représentations erronées» de son travail avaient été présentées.

Une réunion a alors été organisée à Zurich jeudi entre Eckert et Garcia, dont l'appel semble toujours valide.

Le duo «a reconnu que c'est essentiel que le comité exécutif de la FIFA ait en sa possession toutes les informations nécessaires pour évaluer les prochaines étapes qui devront être franchies en vertu du travail réalisé par le comité d'éthique de la FIFA», pouvait-on lire dans un communiqué.

Le comité exécutif de la FIFA doit se rencontrer les 18 et 19 décembre à Marrakech, au Maroc, même si 12 des 25 membres élus du comité ont voté lors des scrutins servant à déterminer l'identité des pays-hôtes en décembre 2010. Ceux-ci avaient été éclaboussés par des allégations de corruption.

Certains de ces 12 membres ont été formellement accusés par Garcia de malversations en lien avec des campagnes qui ont été torpillées par des allégations de corruption, de pots de vin et de collusion. De plus, l'enquête a été entravée par des témoins qui n'ont pas été coopératifs.

PLUS:pc