NOUVELLES

Jérusalem: les maisons des militants palestiniens seront démolies

20/11/2014 08:59 EST | Actualisé 20/01/2015 05:12 EST

JÉRUSALEM - Les maisons des deux militants palestiniens qui ont attaqué une synagogue juive plus tôt cette semaine seront démolies.

Le cousin des deux hommes, Said Abou Jamal, a indiqué que les familles ont été informées jeudi par la police de la démolition prochaine de leurs résidences.

Les policiers affirment que les cousins Ghassan et Oday Abou Jamal ont attaqué une synagogue à l'aide de couperets à viande et d'une arme à feu mardi, tuant quatre fidèles et un policier.

Cette attaque, la plus sanglante perpétrée à Jérusalem depuis 2008, a eu pour effet d'aviver encore davantage les tensions dans la ville, après des semaines de violences religieuses.

Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a promis de répliquer durement à la vague de violence qui a coûté la vie à 11 personnes au cours des dernières semaines, surtout à Jérusalem mais aussi à Tel Aviv et en Cisjordanie. Au moins cinq Palestiniens ayant participé à ces attentats ont été tués.

Les familles de deux autres militants palestiniens habitant Jérusalem-Est ont elles aussi été informées par la police, jeudi, que leurs résidences seront démolies.

Les deux militants en question ont perpétré des attentats contre des Israéliens. La veille, une première maison avait été détruite en cinq ans.

Les démolitions de maisons avaient été interrompues mais ont repris depuis l'attaque contre la synagogue. La tactique est extrêmement controversée, mais M. Nétanyahou a décidé d'y avoir recours pour tenter de faire cesser la violence.

Le ministre de l'Autorité palestinienne responsable de Jérusalem, Adnan Husseini, a révélé que les familles d'Ibrahim al-Akari et de Moataz Hijazi ont été averties jeudi de la destruction prochaine de leurs maisons.

La police israélienne n'était pas immédiatement en mesure de confirmer l'information.

Al-Akari a été abattu par les forces de l'ordre après avoir tué deux Israéliens plus tôt ce mois-ci, quand il a fonçé sur une foule avec sa voiture. La police a aussi abattu Hijazi, après qu'il eut attaqué et grièvement blessé, en octobre, un militant israélien qui militait en faveur d'un plus grand accès juif à un lieu sacré de Jérusalem.

Les récentes violences découlent de tensions autour d'un site appelé Mont du Temple par les Juifs. Il s'agit du site le plus sacré du judaïsme et du troisième lieu saint de l'Islam.

PLUS:pc