NOUVELLES

Aide internationale canadienne aux pays pauvres: 125 M $ en fonds inutilisés

20/11/2014 05:57 EST | Actualisé 20/01/2015 05:12 EST

OTTAWA - Près de 14 pour cent des sommes que le ministère des Affaires étrangères planifiait dépenser pour soulager la pauvreté dans des pays défavorisés ont été retournées, intactes, au ministère des Finances.

Les Affaires étrangères n'ont réussi qu'à dépenser près de 792 millions $ en aide à des pays pauvres en 2013-2014, alors que 917 millions $ étaient disponibles, laissant ainsi 125 millions $ en fonds inutilisés.

Ces chiffres proviennent du plus récent rapport de performance des Affaires étrangères, le premier depuis que le ministère a absorbé la désormais défunte Agence canadienne de développement international (ACDI).

Les chiffres font surface la même semaine où le gouvernement conservateur a annoncé avec fanfare un financement de 28 millions $ pour aider à mettre fin aux mariages forcés d'enfants et afin de combattre la violence contre les jeunes dans des pays en voie de développement.

Le porte-parole libéral en matière d'affaires étrangères, Marc Garneau, a affirmé que les fonds inutilisés des Affaires étrangères, combinés à ceux des autres ministères, font partie du plan du gouvernement visant à engraisser son surplus budgétaire global avant les prochaines élections fédérales.

Plus tôt cette semaine, La Presse Canadienne avait dévoilé que le ministère des Anciens combattants avait aussi renvoyé plus d'un milliard de dollars au Trésor depuis 2006.

«Les ministres du gouvernement n'approuvent pas certains programmes déjà autorisés pour pouvoir retourner cet argent aux recettes fiscales générales et ainsi avoir un plus gros surplus pour se faire réélire», a fait valoir M. Garneau.

Peu importe la motivation, le directeur de l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, Roland Paris, affirme que le gouvernement épargne de l'argent sur le dos des plus défavorisés dans le monde.

«Ce programme de dépenses a été autorisé par le Parlement et il a pour objectifs de réduire la pauvreté et d'améliorer les vies des gens dans les pays pauvres», a exposé M. Paris.

Le porte-parole du ministre du Développement international Christian Paradis a souligné que le gouvernement avait fourni une aide supplémentaire d'environ 175 millions $ lors de crises humanitaires aux Phillipines, en Syrie, au Soudan du Sud et en Centrafrique.

«Le monde affronte un nombre record de crises humanitaires extrêmes (...) Le Canada demeure au premier rang pour répondre à ces crises», a affirmé Maxime Robert.

Le gouvernement avait annoncé en 2010 qu'il gelait l'aide internationale pour une période de cinq ans pour arriver à atteindre l'équilibre budgétaire. Le programme avait subi d'autres compressions deux ans plus tard.

Lorsque l'ACDI avait été fusionnée au ministère des Affaires étrangères, plusieurs observateurs s'étaient inquiétés que le ministère mette moins d'accent sur ses objectifs de réduction de la pauvreté.

Ces coupes n'ont pas empêché le premier ministre Stephen Harper d'annoncer plusieurs autres programmes d'aide, dont celui sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. De plus, le ministre des Affaires étrangères John Baird mène depuis quelques semaines une campagne contre les mariages forcés, qui inclut une contribution de 10 millions $.

PLUS:pc