NOUVELLES

SNC-Lavalin: l'ex-vp Riadh Ben Aïssa a été remis en liberté avec un bracelet

19/11/2014 06:12 EST | Actualisé 19/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - L'ancien vice-président de SNC-Lavalin Riadh Ben Aïssa a été remis en liberté sous caution, mercredi, dans l'attente de son procès, mais s'est vu imposer bon nombre de conditions dont celle de porter un bracelet électronique permettant de le localiser. Sa caution s'élève à 250 000 $.

Le jugement de remise en liberté est frappé d'une ordonnance de non-publication, a indiqué Jean Pascal Boucher, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

L'ancien employé de la firme montréalaise de génie-conseil doit répondre à 16 chefs d'accusation, dont fraude, en lien avec la construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Selon les allégations, Riadh Ben Aïssa aurait facilité le versement d'une somme de 22,5 millions $ afin de permettre à SNC-Lavalin de remporter le contrat visant la construction de ce nouveau centre hospitalier de 1,3 milliard $. Les accusations à son endroit avaient été déposées en février 2013. Son ancien collègue Pierre Duhaime, ex-président et chef de la direction de SNC-Lavalin, a aussi été accusé.

L'enquête préliminaire dans cette affaire est prévue pour le mois de mars 2015.

Dans un autre dossier, M. Ben Aïssa a accepté de reconnaître sa culpabilité pour des accusations portées contre lui, relativement à des affaires faites par SNC-Lavalin en Libye. Il avait été extradé par les autorités suisses en octobre et remis entre les mains de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

PLUS:pc