POLITIQUE

PKP fait la leçon aux journalistes après l'appel de Denis Lessard

19/11/2014 09:57 EST | Actualisé 19/11/2014 09:57 EST
CP

QUÉBEC - Pierre Karl Péladeau ne décolère pas de l'appel reçu d'un journaliste sur son téléphone personnel. «Ça va arrêter où à ce moment-là? Dites-le moi, ça va tu aller jusque dans les toilettes?»

Le député de Saint-Jérôme est revenu sur le coup de fil passé lundi par le journaliste de La Presse Denis Lessard. Le journaliste a contacté PKP sur son téléphone personnel, après avoir tenté de joindre son porte-parole. Le lendemain, le député de Saint-Jérôme a envoyé un tweet pour demander au journaliste de cesser de le «harceler».

«Il n'a pas à faire ça. Il n'a pas à faire ça!, a-t-il répété mercredi matin. Il n'a pas à m'appeler sur mon téléphone personnel. »

Le député de Saint-Jérôme a été surpris quand des journalistes lui ont affirmé qu'ils appellent parfois sur le téléphone personnel d'un élu, après avoir tenté les canaux officiels. «Moi, je trouve ça inacceptable», a-t-il lancé.

L'ex-patron de presse a plutôt invité les journalistes à s'en tenir aux attachés de presse. «Il y a une infrastructure de communications. Il y a des hommes et des femmes qui sont chargés de faire cette fonction et je les apprécie», dit-il.

«Je pense que les députés ont le droit d'avoir aussi une vie privée. Pis le téléphone personnel, ben c'est ça. Si on veut me parler, on sait très bien comment me rejoindre», a-t-il ajouté.

«Il y a des endroits pour avoir des entrevues, comme celle-là ici, il y en a un scrum, a-t-il dit dans les corridors du Parlement. Vous savez que ça se produit. Si vous avez des questions me poser, vous me les posez au moment opportun.»

Une pratique commune

Pour sa part, le candidat à la chefferie Jean-François Lisée a expliqué qu'il reçoit parfois des appels des journalistes sur son téléphone personnel.

«Il y en a beaucoup qui ont mon numéro de cellulaire et ma stratégie c'est que si je veux répondre, je réponds, si je ne veux pas répondre, je ne réponds pas», a-t-il dit.

«Moi, je suis assez grand pour faire ma propre...», a-t-il dit, sans compléter sa phrase. Invité à préciser sa pensée, il a ajouté: «Pour prendre mes appels moi-même et refuser ceux que je veux refuser».

Le ministre Pierre Moreau a affirmé que les appels des journalistes sur son téléphone personnel ne le dérangent «pas du tout».

«Quand vous choisissez d'adopter une vie publique, vous avez à répondre de vos gestes», a-t-il ajouté.

«Lorsqu'on est un magnat de la presse, de s'en prendre à la façon dont les journalistes travaillent, c'est un peu inquiétant», a ajouté le ministre.

La députée de Québec solidaire, François David, a également jugé la réaction de son collègue exagérée. «Les femmes savent ce que c'est, le véritable harcèlement», a-t-elle lancé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Pierre Karl Péladeau à Saint-Jérôme