NOUVELLES

Le gourou indien est finalement arrêté

19/11/2014 08:09 EST | Actualisé 19/01/2015 05:12 EST

NEW DELHI - La police indienne a finalement arrêté un controversé leader religieux mercredi, mettant fin à des affrontements qui ont fait six morts et des centaines de blessés autour de sa vaste enceinte dans le nord du pays.

Un porte-parole du gouvernement de l'État d'Haryana, Jawahar Yadav, a révélé que Sant Rampal a été emmené en ambulance après son arrestation.

Le gourou autoproclamé sera soumis à un examen médical avant d'être transféré vers la capitale de l'État, Chandigarh, à 250 kilomètres de son ashram. Il devrait comparaître devant la justice vendredi.

L'homme de 63 ans était recherché en lien avec un meurtre commis en 2006, mais il refusait systématiquement de se présenter au tribunal.

Des policiers anti-émeute ont attaqué l'ashram mardi, mais les fidèles de Rampal les ont repoussés à l'aide d'armes à feu, de pierres et de gourdins. Environ 200 personnes ont été blessées, dont des dizaines de membres des forces de l'ordre.

Mecredi, les fidèles du gourou ont remis aux policiers les corps de quatre femmes qui sont apparemment décédées à l'intérieur du complexe de 12 acres. Plus tôt pendant la journée, une femme et un bébé de 18 ans étaient morts à l'hôpital après être sortis de l'enceinte.

Les circonstances des décès demeurent nébuleuses. Des autopsies seront menées et la police a ouvert une enquête.

L'enceinte se trouve à environ 175 kilomètres de New Delhi. Le directeur général de la police d'Haryana, Shriniwas Vashisht, croit que plusieurs personnes ont été retenues contre leur gré à l'intérieur, pour servir de boucliers humains.

«Ils (les fidèles) savent que nous ne permettront pas à des femmes et à des enfants innocents d'être coincés entre les tirs et ils prennent avantage de ça», a-t-il dit.

Les dirigeants de la région avaient coupé l'alimentation en eau et en électricité de l'ashram plus tôt cette semaine, en plus de bloquer les livraisons de nourriture, pour tenter de décourager les fidèles. Des milliers de personnes ont commencé à quitter les lieux mercredi, et certains ont dit que des fidèles armés les avaient empêchés de sortir plus tôt.

«Ils ont fermé et cadenassé les clôtures et ils n'ont pas voulu qu'on sorte», a dénoncé Birender Satya, qui était venu du centre de l'Inde avec sa mère pour entendre Rampal.

Le gourou se moquait depuis longtemps des tribunaux qui veulent l'interroger concernant la mort, en 2006, d'un villageois aux mains de ses fidèles.

L'ancien ingénieur de 63 ans a obtenu une libération sous caution dans cette affaire, mais celle-ci a été révoquée en juillet quand ses fidèles ont investi la salle d'audience pour menacer les avocats.

Sampal a été convoqué par la justice à 43 reprises depuis 2010, mais il a toujours refusé de se présenter. Le tribunal lui avait donné une dernière chance d'obéir lundi, ce qu'il a refusé de faire.

PLUS:pc