DIVERTISSEMENT

«La jeune millionnaire d'Éliane Gamache Latourelle», le livre qui vous rendra riche... de bonheur (ENTREVUE/ PHOTOS)

19/11/2014 01:50 EST | Actualisé 19/11/2014 01:59 EST
Ismaël Houdassine

Devenir millionnaire à trente ans seulement, tout un exploit qu’a pu réaliser Éliane Gamache Latourelle. L’entrepreneure sort justement un livre autobiographique, La jeune millionnaire, où elle relate son parcours dans l’univers très masculin du monde des affaires.

Dans son bouquin, coécrit avec l’auteur prolifique Marc Fisher, elle revient aussi sur une enfance au sein d’une famille angoissée financièrement. Refusant d’être à son tour une esclave de l’argent, elle décide à 24 ans de devenir millionnaire, malgré de grosses dettes d’études. Six ans plus tard, son pari sera réussi.

Lancement de La jeune millionnaire

«J’ai écrit ce livre pour montrer qu’il est toujours possible de réaliser ses rêves, a-t-elle expliqué en entrevue plus tôt cette semaine lors du lancement de son livre au chic Ritz-Carlton de Montréal.

La jeune femme pimpante et souriante prévient les lecteurs qu’ils ne trouveront pas dans les pages la recette pour devenir riches à leur tour. «Tout le monde n’est pas voué à devenir millionnaire, lance-t-elle, effrontée. La pensée magique n’existe pas. C’est un livre qui parle davantage de bonheur que d’argent.»

Car l’entrepreneure a d’abord voulu son ouvrage comme une inspiration. «À travers mon vécu, je dévoile mes principes et mes attitudes qui m’ont permis de réaliser mes objectifs. Je trouve qu’au Québec, il manque des modèles féminins de réussite. Alors, je veux donner aux jeunes femmes l’envie de se lancer en affaire.»

Selon Gamache Latourelle, ce qui manque c’est de la confiance. «Nos peurs nous empêchent souvent de faire beaucoup de choses. Dans le milieu des affaires, on est souvent ralenti par la peur de se tromper ou la peur de l’échec. Mais la plus belle chose, c’est d’aller au-delà de nos peurs pour passer à l’action.»

Combattre les stéréotypes

Même si elle reconnaît qu’il existe toujours des inégalités entre les hommes et les femmes, elle pense qu’il n’y a pas de raison de s’empêcher de réaliser ses rêves. «Je dis toujours que dans la vie, il faut rêver, parler, mais il faut surtout agir.»

Les femmes, souvent victimes du double standard, doivent donc oser encore plus. «Une femme d’affaire qui va se mettre à crier un peu plus, on va dire qu’elle est folle, alors que si c’est un homme, on va plutôt juger qu’il est bon et qu’il sait ce qu’il fait. Il faut passer par dessus ces stéréotypes qui sont difficiles à vivre.»

Le livre, La jeune millionnaire qui possède d’ailleurs le sous-titre «et les secrets – parfois tristes – de son succès», revient sur des expériences moins joyeuses. «Comme tout le monde, j’ai vécu des événements douloureux. Je parle du décès récent de mon père. Avant de mourir, il m’a laissé son journal intime. J’y ai découvert que ce ne sont pas les millions qui font notre richesse.»

Elle rappelle que l’argent n’a pas beaucoup d’importance si on est seul dans la vie. «À quoi ça sert tout cet argent si vous rentrez tout seul chez vous le soir? Mon histoire, c’est aussi le récit d’une certaine solitude.»

Et puis, au fond, que signifie vraiment être millionnaire? «Cela veut dire un million de dettes présentement dans mon compte en banque quand on est dans les affaires», dit-elle en riant.

La jeune millionnaire (et les secrets - parfois tristes - de son succès) – Éliane Gamache Latourelle – Les éditions Un monde différent – 189 pages – parution novembre 2014.