NOUVELLES

Institut de la statistique: le portrait syndical au Québec est en mutation

19/11/2014 11:29 EST | Actualisé 19/01/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Un rapport sur la présence syndicale au Québec laisse voir des faits nouveaux et étonnants, dont celui qui dénote une diminution marquée de la couverture syndicale chez les travailleurs ayant beaucoup d'ancienneté.

Ce rapport de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui vient d'être publié indique que le taux de présence syndicale chez les travailleurs ayant une durée d'emploi de 20 ans ou plus a diminué de 12 points, entre les années 1997 et 2013. Leur taux de couverture syndicale était de 70,2 pour cent en 1997; il n'était plus que 57,8 pour cent en 2013.

En entrevue, Luc Cloutier-Villeneuve, coauteur de la recherche et analyste en statistiques du travail à l'ISQ, avance comme possible explication à ce phénomène le fait qu'il puisse s'agir de cohortes de travailleurs qui n'étaient déjà pas syndiqués quand ils ont commencé dans leur emploi et qui, après 20 ans d'ancienneté, ne le sont toujours pas.

«Ce sont ceux qui auraient pu commencer après la récession des années 1990, la post-récession. Ce sont ces gens-là qui étaient probablement beaucoup moins syndiqués que leurs prédécesseurs qui avaient plus d'ancienneté. Au fil du temps, ces gens-là ont gardé une durée d'emploi, mais sans toutefois être syndiqués», a-t-il résumé.

À l'opposé, le taux de présence syndicale des travailleurs ayant une brève durée d'emploi, soit moins d'un an, a connu un accroissement de trois points, passant de 20,8 pour cent en 1997 à 23,9 pour cent en 2013.

PME et grandes entreprises

Une deuxième constatation étonnante est celle voulant que la couverture syndicale au Québec ait diminué dans les grandes entreprises, mais augmenté dans les petites et moyennes entreprises.

Ainsi, dans les établissements de plus de 500 employés du secteur privé, les chercheurs Cloutier-Villeneuve et Marc-André Demers ont enregistré une baisse de 15 points. Le taux de couverture syndicale y était de 54,2 pour cent en 1997, mais de seulement 38,7 pour cent en 2013.

Le taux des entreprises privées de 100 à 500 employés a également connu une baisse de 10 points, passant de 49,3 pour cent à 39,6 pour cent.

Le phénomène surprend. «C'est une question assez complexe. Est-ce que c'est le fait que les entreprises sont plus, aujourd'hui, avec des établissements moins syndiqués? Ça peut être une hypothèse», avance M. Cloutier-Villeneuve.

«La dynamique des entreprises, celles qui naissent et celles qui disparaissent», peut aussi expliquer ce phénomène. «Est-ce que les nouvelles entreprises qui se sont créées au cours des 15 dernières années ont plus tendance à être moins syndiquées? C'est une possibilité», opine le chercheur.

De même, durant la période examinée, il y a eu une hausse du taux de présence syndicale de plus de trois points dans les établissements de moins de 20 employés du secteur privé. Il est passé de 10,6 pour cent en 1997 à 14,1 pour cent en 2013.

M. Cloutier-Villeneuve croit que les efforts de syndicalisation des centrales syndicales ont pu jouer à ce chapitre. Les centrales syndicales ont en effet davantage ciblé les entreprises de moindre taille, puisque la grande entreprise était souvent déjà syndiquée au Québec.

Hommes et femmes

Le rapport recèle d'autres faits inédits, comme celui voulant que les taux de syndicalisation des hommes et des femmes soient maintenant similaires au Québec, ce qui n'était pas le cas il n'y a pas si longtemps.

«Dans l'étude qu'on a faite, dans les résultats qu'on a vus, c'est la première fois qu'on constate qu'il y a une parité ou, en fait, qu'il n'y a pas de différence significative d'un point de vue statistique entre les hommes et les femmes. C'est nouveau au Québec», a commenté M. Cloutier-Villeneuve.

En 2013, le taux de couverture syndicale atteignait 39,4 pour cent chez les femmes et 39,7 pour cent chez les hommes. En nombres absolus, cela signifie 675 000 salariées couvertes par une convention collective comparativement à 705 000 hommes salariés.

En fait, le taux de couverture syndicale des femmes n'a pas vraiment changé durant la période étudiée; c'est celui des hommes qui a diminué, entraînant la parité, explique le chercheur.

«D'ailleurs, quand on compare avec le reste du Canada, on est atypique. C'est seulement au Québec qu'il n'y a plus d'écart. Dans les autres régions, comme en Ontario, il y a encore un léger écart. Et surtout dans l'Ouest canadien et dans l'Est, il y a des écarts de cinq points environ entre les hommes et les femmes», ajoute l'analyste en statistiques du travail.

PLUS:pc