DIVERTISSEMENT

« OPUS » de Circa à la TOHU: la musique en équilibre (VIDÉO/ PHOTOS)

18/11/2014 03:55 EST | Actualisé 18/11/2014 04:36 EST

La force explosive des 14 acrobates de la troupe australienne Circa et la virtuosité du quatuor Debussy seront réunies dans Opus, un spectacle rendant hommage au compositeur russe Dmitri Chostakovitch, à la TOHU, dès le 20 novembre.

Opus de Circa à la TOHU

Allant bien au-delà d’une œuvre de cirque enrobée de musique, mais sans être un équilibre parfait entre les deux disciplines, Opus amène les spectateurs ailleurs. « J’aime croire que chaque spectacle est l’expression d’une émotion qui n’a pas encore de nom. Si je peux trouver cette fréquence originale, pour moi, c’est un succès. Opus en est une nouvelle preuve », explique le metteur en scène Yaron Lifschitz.

Créée en 1987 sous le nom de Rock and Roll Circus, la compagnie Circa s’est bâti une réputation des plus enviables dans la métropole, avec son tour de cirque annuel : By the light (2010), Wunderkammer (2011), CIRCA (2012) et S (2013).

Autant de créations dénuées d’histoire et de fil conducteur, comme c’est le cas d’Opus. « Je dirais que Circa est un peu comme le jazz dans sa structure et sa philosophie. Chaque nouveau spectacle possède un ADN différent, mais les artistes sont propriétaires de ce qu’ils sont sur scène. On leur laisse une grande liberté pour improviser. »

Même si le modus operandi de la troupe a des airs jazzés, la nature profonde de sa prochaine production lorgne vers le classique, dans le but de célébrer l’une des plus belles inventions de l’espèce humaine, selon le metteur en scène.

« Je ne pense pas que nous soyons viscéralement fiers d’avoir inventé l’ordinateur ou la bombe atomique, mais on peut l’être des œuvres de Beethoven, Radiohead ou Bach. J’adore travailler avec la musique live, mais il faut trouver les bons musiciens et les bons compositeurs. »

Cette fois, le bon compositeur se nomme Dmitri Chostakovitch, un artiste du siècle dernier, dont la musique aux accents dramatiques exacerbés a fait sa marque durant la période soviétique. « Si quelqu’un ne ressent rien en écoutant sa musique, c’est que son cœur est mort. Ses œuvres n’ont rien de poli ou de minimaliste. Elles reposent sur une brillance technique et une force émotionnelle sophistiquée qui n’a pas peur de parler directement au cœur. »

Une couleur musicale qui sied bien aux acrobates de Circa, habitués de repousser les limites de leurs corps et d’offrir des numéros furieusement athlétiques. « Opus une expérience physique très intense, mais la virtuosité pure n’est pas non plus une fin en soi. Si les artistes ne sont pas honnêtes et connectés à leur cœur, ce ne serait pas intéressant. »

Opus est composé de figures au trapèze et d’équilibres, en plus de laisser une large place aux numéros au sol, souvent bien proches de la danse contemporaine. Les mouvements des circassiens seront accompagnés par ceux des musiciens du quatuor Debussy (deux violons, un violoncelle, un alto), à qui l’on demande de jouer, et parfois plus. « On implique physiquement les musiciens durant le spectacle, si bien qu’ils devaient répéter avec des instruments de moins bonne qualité, pour éviter de briser leurs instruments si on faisait des choses dangereuses. Ça donne un résultat unique. »

Opus sera présenté à La TOHU du 20 au 26 novembre 2014. Cliquez ici pour plus de détails.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter