NOUVELLES

Selon le procureur de Paris, un jeune Français apparaît dans une vidéo de l'ÉI

17/11/2014 03:14 EST | Actualisé 17/01/2015 05:12 EST

PARIS - Le procureur de Paris a confirmé, lundi, qu'un Français d'environ 22 ans, qui a sombré dans l'islamisme radical, se retrouve dans une vidéo de propagande portant sur les décapitations d'un travailleur humanitaire américain et de plusieurs soldats syriens.

François Molins a indiqué que l'individu se nomme Maxime Hauchard et qu'il fait partie d'un groupe d'au moins trois Européens apparaissant à l'écran.

Ces informations ont été divulguées au moment où le groupe État islamique (ÉI) cherche de plus en plus à se définir comme un mouvement international.

M. Molins a précisé que le jeune djihadiste a été surveillé étroitement par les autorités françaises depuis qu'il a quitté pour la Syrie en 2013.

Il a ajouté qu'un autre Français pourrait apparaître dans la vidéo, mais il a dit qu'il était trop tôt pour confirmer ce renseignement.

Le président des États-Unis Barack Obama avait officiellement annoncé la mort du travailleur humanitaire Peter Kassig après une analyse américaine des images.

La plupart des combattants du groupe ÉI proviennent du Moyen-Orient et ils tentent d'implanter un califat chevauchant à la fois l'Irak et la Syrie.

Pour cette organisation, l'Europe semble être un terreau fertile pour effectuer du recrutement, les autorités locales ayant ouvertement reconnu que de nombreux jeunes ont déjà fait le choix de participer au djihad.

La plus récente vidéo du groupe État islamique s'attarde sur les visages de Maxime Hauchard et de quelques autres extrémistes prenant place derrière leurs victimes agenouillées.

Certains d'entre eux ont des traits asiatiques tandis qu'un autre, dont la figure est masquée, s'exprime comme un Londonien, un accent devenu tristement familier puisqu'il était également possible de l'entendre dans les vidéos des décapitations des Américains James Foley et Steven Sotloff et des Britanniques David Haines et Alan Henning.

Il y a aussi des indices donnant à penser qu'un étudiant en médecine gallois pourrait se trouver aux côtés du jeune Français venant d'être identifié.

Selon le chercheur Charlie Winter de la Fondation Quilliam de Londres, il est clair que cette mise en scène n'est pas innocente. En parlant des militants islamistes apparaissant dans la vidéo, il soutient qu'«ils tentent de démontrer que des musulmans de partout à travers le monde protègent leurs frères syriens et irakiens».

De son côté, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, n'a pas mâché ses mots lorsqu'il a parlé du groupe ÉI, invitant tous les Français «à s'ouvrir les yeux [afin de voir] la terrible réalité associée aux actions des combattants de l'ÉI».

«Ils sont des criminels qui sont en train d'ériger un système de barbarie», a-t-il martelé.

PLUS:pc