NOUVELLES

Nigeria: l'armée a délogé Boko Haram de la ville tristement célèbre de Chibok

16/11/2014 10:33 EST | Actualisé 16/01/2015 05:12 EST

MAIDUGURI, Nigeria - L'armée nigériane a repris le contrôle de Chibok (nord-est), la ville où plus de 200 lycéennes ont été enlevées par les extrémistes islamistes de Boko Haram il y a plus de six mois, ont annoncé des responsables militaires.

Les troupes ont délogé les militants samedi, a confié à l'Associated Press le porte-parole de l'armée, le brigadier-général Olajide Olaeye. Ce dernier a encouragé les résidents à retrouver leurs domiciles.

La ville, située dans l'État de Borno, avait été prise par Boko Haram jeudi soir. Des milliers d'habitants ont pris la fuite lorsque les rebelles sont entrés dans la municipalité, ouvrant le feu à partir de camionnettes et de motos. Deux jours plus tard, la VIIe division de l'armée reprenait le contrôle, a mentionné un autre porte-parole de l'armée.

Samedi matin, des villageois vivant en banlieue de Chibok ont fait état d'un vaste déploiement de soldats avançant en direction de la ville.

Chibok abrite principalement des familles chrétiennes, dont certaines participent à la traduction de la Bible dans les langues locales, le tout au sein d'une région majoritairement musulmane.

Bien que l'armée ait repris Chibok, Boko Haram contrôle toujours plusieurs villes et cités dans une zone représentant environ 20 000 kilomètres carrés, où les insurgés ont mis en place un califat islamique, semblable à celui du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie. Les extrémistes font flotter le drapeau noir et blanc d'al-Qaïda et font respecter une version de la charia, la loi islamique, coupant les mains des présumés voleurs en public, en plus de fouetter des gens pour des infractions comme le fait de fumer des cigarettes.

Le 17 octobre, l'armée a soutenu avoir conclu un cessez-le-feu avec Boko Haram, et qu'elle négociait la libération des jeunes femmes. Mais le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, a fait savoir dans une vidéo diffusée en octobre que les filles avaient plutôt toutes été converties à l'islam, et mariées à ses combattants.

PLUS:pc