NOUVELLES

L'otage américain Peter Kassig aurait été exécuté par le groupe État islamique

16/11/2014 05:54 EST | Actualisé 16/01/2015 05:12 EST
The Independent /AP

BEYROUTH - La Maison-Blanche a confirmé dimanche l'assassinat du travailleur humanitaire américain Peter Kassig par le groupe armé État islamique (EI).

Les États-Unis ont ainsi authentifié une vidéo diffusée dimanche, montrant un membre du groupe extrémiste qui procède à la décapitation d'une dizaine de soldats syriens, avant d'annoncer la mort de M. Kassig.

Le travailleur humanitaire âgé de 26 ans est donc le cinquième otage étranger dont la mort est revendiquée par l'EI sur Internet.

Contrairement à des vidéos précédentes d'otages occidentaux exécutés, celle transmise dimanche ne montre pas la décapitation de Peter Kassig, mais inclut des images d'un militant masqué qui se tient devant une tête qu'il affirme être la sienne.

La vidéo identifie l'emplacement des militants comme étant Dabiq, une ville du nord de la Syrie employée par l'EI comme titre de son magazine de propagande en langue anglaise, et où, croient-ils, aura lieu une bataille apocalyptique entre les musulmans et leurs ennemis.

La séquence montre la décapitation d'une dizaine d'hommes identifiés comme des officiers et des pilotes de l'armée syrienne, tous vêtus de combinaisons bleues. Le principal militant s'adressant à la caméra dans la vidéo avait un accent britannique et a affirmé que les troupes américaines subiraient un sort similaire.

La bande son de la vidéo semble avoir été modifiée pour compliquer l'identification du militant. Dans les précédentes vidéos, un militant à l'accent britannique aurait été identifié par le FBI, bien que l'agence américaine ne l'ait pas nommé publiquement.

Plus tard, le militant soutient que M. Kassig a été tué puisqu'il «a combattu contre les musulmans en Irak, tout en servant comme soldat».

Le jeune homme, qui est retourné au Moyen-Orient pour aider les réfugiés syriens, a été victime d'«un geste infâme commis par un groupe terroriste que le monde associe avec raison à l'inhumanité», a dit le président américain Barack Obama dans une déclaration.

Il a dénoncé le groupe extrémiste qui «se délecte du massacre d'innocents, incluant des musulmans, et qui cherche uniquement à répandre la mort et la destruction», a-t-il ajouté.

Les parents du jeune homme assassiné ont déclaré avoir le coeur brisé par le meurtre de leur fils mais ont précisé qu'ils étaient extrêmement fiers de son travail humanitaire.

«Nous préférons que le souvenir de notre fils soit rappelé pour son travail important et l'amour qu'il partageait avec ses amis et sa famille, et non pas de la façon dont les preneurs d'otages aimeraient manipuler les Américains pour le bénéfice de leur cause», a indiqué la famille par voie de communiqué.

M. Kassig, originaire de l'Indiana, a servi dans un régiment de rangers américains, et a été déployé en Irak en 2007.

Après avoir obtenu son congé pour des raisons médicales, M. Kassig a formé l'organisme Special Emergency Response and Assistance en Turquie pour aider les réfugiés syriens. Il a commencé à livrer de la nourriture et des fournitures médicales à des camps de réfugiés syriens en 2012, en plus d'offrir des soins à des civils. Des amis précisent qu'il s'est converti à l'islam en captivité.

De précédentes vidéos ont montré la décapitation de deux journalistes américains et deux travailleurs humanitaires britanniques. La plus récente séquence n'a pas présenté d'autres détenus occidentaux et les combattants n'ont pas menacé de s'en prendre précisément à d'autres personnes.

L'EI détient également le photoreporter britannique John Cantlie, qui est apparu dans plusieurs vidéos du groupe.

Le groupe extrémiste a décapité et abattu des centaines de captifs — principalement des soldats syriens et irakiens — pendant son avancée-éclair dans les deux pays. Il a en outre célébré ses meurtres de masse dans des vidéos au contenu particulièrement violent.

Une coalition sous gouverne américaine a plus tard entamé une campagne de bombardements en Irak et en Syrie pour mettre fin à la rapide avance du groupe, avant de viser à dégrader, puis détruire l'organisation obscurantiste.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points